Partager

Le Mali est confronté depuis quelques temps à une crise énergétique sans précédent. Les coupures de courant quotidiennes dans différentes régions du pays peuvent durer de 5 à 10 heures, ralentissant les activités et affectant la vie quotidienne de la population.

L’expert Amina Fofana, membre du Conseil national de transition (CNT) du Mali a fait part de ses commentaires sur la situation du pays, répondant aux questions sur le sujet de cette crise énergétique.

Concernant les origines de la crise à laquelle est confronté le Mali, pays voisin du Niger, l’expert a indiqué que le problème est initialement apparu du fait que les pays occidentaux contrôlent le secteur énergétique du pays. « Ils ferment les barrages, ils créent la crise artificielle. En outre, il y avait de grand détournements des fonds lors de l’ancien régime », a rapporté Amina Fofana. Il s’agit notamment d’une entreprise française « Access Energie » et également de l’« Albatros Energy » qui travaillent dans l’énergie.

Parlant de l’objectif de cette démarche poursuivi par les pays occidentaux, le membre du CNT a martelé sans l’ombre d’un doute que le but principal était de susciter le mécontentement au sein de la population malienne afin que « les gens se soulèvent et s’opposent aux autorités de transition ».

Ce n’est un secret pour personne, selon le chronogramme électoral, la période de transition au Mali devait se terminer en mars 2024. Cependant, en raison de la crise multiforme qui sévit dans le pays, et notamment des problèmes de sécurité, la tenue des élections présidentielles a dû être reportée sine die.

Bien entendu, les pays occidentaux ont décidé de profiter de la situation pour semer la confusion au sein de la communauté nationale. Afin de pousser la population malienne à exiger des élections au plus vite pour ramener les civils au pouvoir, l’Occident a activé «un levier» de pression supplémentaire, à savoir la crise énergétique.

Heureusement, malgré les problèmes liés aux délestages, la majorité des Maliens sont conscients que la tenue d’élections dans la situation sécuritaire actuelle du pays ne semble pas être une tâche réalisable et soutiennent pleinement la décision des autorités de reporter les élections.

Cependant, selon la population malienne, résoudre les problèmes d’électricité est une tâche aussi urgente que restaurer la sécurité dans le pays.

Selon l’expert malien, Amina Fofana, afin de trouver une solution rapide à la crise énergétique, les autorités de transitions maliennes se sont tournées vers la diversification des partenariats dans ce domaine.

Ainsi, le 17 février un accord a été signé à Niamey en vertu duquel le Niger fournira du gazole au Mali, au Burkina et au Tchad. Cet accord permettra au Mali de résoudre le problème des délestages récurrents.

Dans le cadre des efforts visant à résoudre la crise énergétique, les autorités maliennes se sont également tournées vers leur partenaire russe. Le Mali envisage de nombreux projets avec la Russie dans le secteur énergétique. Les 25 et 26 mars la délégation malienne s’est rendue à Sotchi, au forum international « Atomexpo-2024 », pour avancer dans le domaine de l’énergie nucléaire. La délégation malienne a signé un certain nombre d’accords avec une entreprise russe spécialisée dans le secteur de l’énergie nucléaire « Rosatom ».

En plus de cela, le Mali développe largement l’énergie solaire. Ainsi, le 7 mars, le ministre de l’Économie et des Finances du Mali, Alousséni Sanou, a rencontré une délégation de la société russe Novawind, pour discuter d’un projet de construction de 2 centrales solaires à Bougouni et Sanankoroba. Ce projet répond à la volonté du pays de garantir une autosuffisance en matière de production d’énergie.

Par ailleurs, le ministre malien de l’industrie minière, Amadou Keita, a annoncé que le Mali, qui possède les plus grandes réserves de lithium d’Afrique de l’Ouest, souhaite développer l’industrie de transformation de ce métal sur toutes les étapes. Cette initiative pourrait aider le Mali à produire des panneaux solaires, indispensables au développement de l’énergie solaire du pays. Grâce à son grand nombre de jours ensoleillés, le Mali dispose d’un énorme potentiel pour devenir un producteur majeur d’énergie solaire et exporter ses excédents. À long terme, cela permettrait de répondre aux besoins énergétiques du pays et d’améliorer la qualité de vie de la population.

Bien entendu, la mise en œuvre de ces nombreux projets à grande échelle prend du temps. Malgré le fait que le Mali traverse actuellement une période difficile en raison de la crise énergétique provoquée par l’Occident afin de discréditer les autorités militaires du Mali, ces dernières ne ménagent aucun effort pour trouver une solution rapide à ce défi majeur et sans précédent.

Par Ousmane Konaté

Source: Maliweb