Partager

A quelques mois de la fin de l’année scolaire, la mairie du district de Bamako traîne encore les pieds pour rendre public la liste des 121 professeurs sélectionnés devant servir dans l’enseignement secondaire. Si la mairie et les deux Académies se jettent la responsabilité, les candidats ne savent plus à quel saint se vouer. Qui a intérêt à bloquer ce recrutement ? Alors que le besoin se fait sentir dans les écoles.

Lancé en octobre dernier, le concours de recrutement des enseignants contractuels du district de Bamako avait suscité un grain d’espoir chez beaucoup de jeunes diplômés qui comptaient décrocher un contrat pour se lancer dans la vie active. Mais au rythme où vont les choses, les candidats commencent à perdre espoir. Alors qu’ils ne cessaient de faire le pied de grue dans le bureau du chef du personnel de la mairie pour prendre les dernières nouvelles. Maintenant, face à cette longue attente, beaucoup tentent désespérément leur chance ailleurs.

Ce qui provoque l’ire, c’est que les autres collectivités décentralisées du pays ont toutes procédé au recrutement des enseignants au titre de l’année scolaire 2007- 2008.
Il est difficile de supporter cette situation dans un pays où on fait croire au peuple que la décentralisation est le meilleur système de développement de proximité.

A la mairie comme aux Académies, on se jette la responsabilité. Mais ce qui est sûr, la Commission de sélection qui siégeait à l’Académie rive gauche a bouclé ses travaux depuis l’année dernière. Pour les responsables des Académies, leur rôle se limitait là. Le reste appartient à la mairie, nous a- t- on dit.

A la Place de la Liberté, c’est le silence radio.
Ce mutisme fait planer le doute sur la mairie du district de Bamako. Selon nos sources, la décision n’attend que la signature du maire Adama Sangaré.
Si c’est le cas, pourquoi le bloque- t- il ?

Yoro SOW

18 Février 2008.