Partager

Promouvoir les valeurs et principes de la démocratie et des droits de l’homme au Mali et en Afrique


Le Secrétariat Exécutif International du Processus non Gouvernemental de la Communauté des Démocraties(SE/PNG-CD) a organisé le samedi 12 juillet, au Centre du Secteur Privé (CSP), une conférence de restitutions des principaux résultats de la IVéme Conférence Ministérielle de la Communauté des Démocraties. La cérémonie a été présidée par le Secrétaire général du Ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Dr Almeimoun Keïta, qui avait à ses côtés le président du SE/PNG-CD, Dr Oumar Makalou.

La Charte Africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance, qui a été adoptée lors de la 8ème Session Ordinaire de la Conférence des chefs d’Etat tenue le 30 janvier à Addis Abeba, s’est assignée comme objectifs ;

de promouvoir l’adhésion de chaque Etat partie aux valeurs et principes universels de la démocratie et le respect des droits de l’homme, promouvoir et renforcer l’adhésion au principe de l’Etat de droit fondé sur le respect et la suprématie de la constitution et de l’ordre Constitutionnel dans l’organisation politique des Etats parties,

promouvoir la création des conditions nécessaires pour faciliter la participation des citoyens, la transparence, l’accès à l’information, la liberté de presse et l’obligation de rendre compte de la gestion des affaires publiques, promouvoir l’équilibre entre homme et femme ainsi que l’égalité dans les processus de gouvernance et de développement.

Ces objectifs, cités ci-dessus, sont sous-tendus par des principes généraux qui sont ; l’accès au pouvoir et son exercice conformément à la constitution de l’Etat partie et au principe de l’Etat de droit, la tenue régulière d’élections transparentes, libres et justes, la promotion de l’équilibre entre hommes et femmes dans les institutions publiques et privées,

le rejet et la condamnation des changements anti-constitutionnels de gouvernement et, enfin, le renforcement du pluralisme politique, notamment par la reconnaissance du rôle, des droits et des obligations des partis politiques légalement constitués, y compris les partis politiques d’opposition, qui doivent bénéficier d’un statut sous la loi nationale.

Le président du SE/PNG-CD, Dr Oumar Makalou, avant de prendre la parole, avait au préalable remis une copie des objectifs et principes généraux de la Charte Africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance aux différents participants. Il a relevé que «cette activité s’inscrit dans le cadre du volet Lobbying Plaidoyer de notre projet soutenu par le Fonds des Nations Unies pour la démocratie à travers le (PNUD- MALI)».

Il a ajouté «qu’autant que le Secrétariat Exécutif s’investit conjointement avec nos partenaires pour défendre les valeurs et principes démocratiques lors des Tables rondes et autres rencontres internationales, autant il s’évertue à contribuer efficacement à l’enracinement de ces mêmes valeurs dans le Mali profond au double bénéfice de l’édification d’une culture citoyenne forte et d’un développement durable».

Pour terminer, Dr Oumar Makalou a invité ses interlocuteurs à prêter toute l’attention requise aux cinq exposés qui vont suivre; «Consensus de Bamako ; Environnement institutionnel et politique pour la promotion de la gouvernance démocratique ; recommandations et additives ; Chartes Africaines de la Démocratie ; des Elections et de la gouvernance ; Démocratie et Développement : banque/fonds pour la réduction de la pauvreté et enfin un Manuel du Diplomate».

Pour sa part, le Représentant du Ministère des affaires étrangères et de la Coopération internationale, Almeimoun Kéïta, a souligné le rapprochement et cohabitation entre les ONG/Associations et l’Etat qui doivent faire face à la démocratie visant un développement et un équilibre durable en Afrique et au Mali plus précisément.

Il a assuré, au nom du ministre des Affaires étrangères et de Coopération internationale, que l’Etat se teindra à la disposition de nos partenaires afin de travailler étroitement en vue de promouvoir le respect des droits de l’homme et la liberté d’expression qui sont liées au processus fondamental de la démocratie.

Moulaye HAIDARA

15 Juillet 2008