Partager

Quatre personnes ont été tuées dans la nuit de jeudi à vendredi à Duékoué, dans l’ouest de la Côte d’Ivoire, déclenchant des représailles d’habitants contre des déplacés regroupés dans un camp à l’entrée de la ville, a-t-on appris de sources concordantes. Ce bilan a été confirmé par des sources sécuritaires occidentales et un journaliste local. « En représailles, les jeunes (du quartier) de Kôkôma se sont attaqués au camp de déplacés de Niambly », peuplé surtout d’autochtones guéré, a affirmé l’habitant. Selon plusieurs sources, les jeunes étaient accompagnés de militaires des Forces républicaines (FRCI) et de « dozos », chasseurs traditionnels servant de supplétifs aux forces de sécurité. Certains déplacés se sont réfugiés à la mission catholique de Duékoué. Un militaire FRCI a affirmé que les forces armées étaient à la recherche des responsables non identifiés des quatre morts de Duékoué. En proie depuis des années à de graves tensions ethniques sur fond de conflits fonciers, l’Ouest reste la région la plus instable du pays plus d’un an après la fin de la crise postélectorale de décembre 2010-avril 2011. AFP