Partager

Quatre porte- parole d’ATT, membres de l’équipe de campagne élargie du candidat Amadou Toumani Touré notamment Me Mountaga Tall du CNID, le Pr. Amadou Touré de l’UMP, le Pr. Tiémogo Sangaré de l’ADEMA et Souleymane Koné du Mouvement Citoyen ont animé le mardi 17 avril une conférence de presse, au siège de DFA Communication, une agence qui a pignon sur rue à Bamako. Le déroulement de la campagne du Président candidat et le Sphinx qui s’est introduit de nouveau dans le débat politique ont occupé une place prépondérante dans les échanges.

« Au niveau du comité de campagne, le temps était venu après une dizaine de jours de discuter du déroulement de la campagne et d’échanger les points de vue« . C’est en ces termes que le leader du CNID, le porte-parole des porte-parole d’ATT a entrepris les journalistes. Ensuite, il a soulevé deux remarques préliminaires. La première porte sur la manière dont la campagne est conduite. Et Me Tall de se réjouir de cette situation dans la mesure où l’argumentaire et la courtoisie ont prévalu.

Cependant il a relevé que l’espérance non comblée et l’attente déçue de certains candidats ont conduit ces derniers à tenir des propos peu courtois qui jurent avec le code de bonne conduite. En dehors de cette observation, l’orateur estime qu’il n’y a eu ni injures ni invectives.

La deuxième remarque du député de Ségou est que le candidat sur lequel l’ADP a porté son choix, ATT mène une campagne républicaine. « Il est candidat comme les autres malgré son statut de président en exercice. Pas de motard, pas de circulation coupée. A Kayes où il a procédé au lancement de sa campagne, lorsque son avion a atterri à l’aéroport Dag-Dag, le gouverneur de la région est entré dans l’avion pour l’accueillir, ATT lui a dit de partir parce que c’est le candidat qui se trouve à Kayes et non le chef de l’Etat. Depuis dans toutes ses sorties, il n’y a ni préfet ni gouverneur » a déclaré le premier vice président de l’Assemblée nationale.


L’ADP fortement impliquée dans la campagne de ATT

Les Pr. Tiémogo Sangaré et Amadou Touré ont expliqué tour à tour la grande implication de l’ADP dans la campagne du président sortant. On retient que le regroupement politique que dirige Dioncounda Traoré s’est bien structuré à travers toutes les régions, cercles et même à l’extérieur du pays.

Ce sont les membres de l’ADP qui accompagnent tour à tour ATT dans ses différents déplacements et ce sont eux qui mènent la campagne à la base notamment dans les villages, hameaux et fractions. C’est encore eux qui seront dans les bureaux de vote le jour du scrutin au nom de ATT. Ce n’est pas tout.

L’ADP, à en croire ces responsables, participe de façon active à l’étude et à la préparation des documents permettant d’élaborer les supports de campagne.
Répondant à une interrogation d’un confrère, Me Tall a soutenu que « les moyens de l’Etat ne sont pas visibles dans la campagne. Tous les véhicules utilisés ont été loués. Vous pouvez le vérifier. De plus, nombreux sont des cadres à l’instar de Seydou Cissouma qui ont pris des congés non payés pour pouvoir mener la campagne auprès de notre candidat. C’est dire que certains ont du scrupule. En vérité les moyens de l’Etat ne sont guère utilisés. C’est une bonne chose. Maintenant, il faut préserver l’essentiel afin que la nation ne tombe pas dans des querelles régionaliste, ethnique et religieuse« .

S’agissant du fichier électoral, Me Tall dira  » qu’il faut savoir raison garder. Il y a une base qui a permis l’élaboration de ce fichier. Il s’agit du RACE 2001. Ce n’est pas ATT qui l’a fait. C’est dans les rangs de ceux qui contestent aujourd’hui le fichier. A notre avis 6,8 millions d’électeurs c’est raisonnable avec les sérieux problèmes que connaît le fichier : l’inscription d’office, les décès non déclarés. Cependant, le contexte législatif que nous avons permet à la CENI de corriger les erreurs. S’il s’agit de cela, nous ne voyons aucun inconvénient mais si ce sont des manœuvres tendant à empêcher la tenue du scrutin, nous ne serons pas d’accord. Il est dans l’intérêt de tout le monde pour des élections démocratiques et transparentes. Que le meilleur gagne. Et je précise qu’on ne gagne pas en organisant la contestation« .

L’Harmattan n’est pas l’interlocuteur des candidats

Actualité oblige, les conférenciers ont été interpellés sur l’invité annoncé dans la campagne présidentielle : Le Sphinx qui a publié le tome II de ATT-cratie, la promotion d’un homme et de son clan.

Sur la question, Me Tall a fait trois observations. « D’abord il n’est pas question pour nous hier comme aujourd’hui d’aller dans un débat de caniveau. Un débat électoral doit prendre de la hauteur, le ramener plus bas, ce n’est rien comprendre au débat présidentiel. Ensuite, nous sommes prêt à débattre sur le bilan de notre candidat et son projet de société. Enfin nous sommes disponibles à débattre sur n’importe quel extrait de ce document. L’Harmattan n’est pas l’interlocuteur des candidats« .

Pour sa part, le Pr. Touré de s’interroger pourquoi le livre a été publié maintenant ?
Avant de répondre que « c’est un livre à sensation, le but est de nuire à notre candidat et d’amasser de l’argent facile. Ce petit livre fait dans la précipitation ne pourra attirer personne après les élections« .

Enfin, Souleymane Koné du Mouvement Citoyen soutiendra que « c’est bien après dix jours de campagne qu’on est vraiment sûr que le Takokelen est possible« .


Chahana TAKIOU

19 avril 2007.