Partager

Après un premier tour passé avec brio, les Aigles ont sombré face aux Warrios du Zimbabwe, le samedi dernier en quart de finale du championnat d’Afrique des nations (CHAN) joué au Cap en Afrique du Sud. Le score est sans appel : 2 buts à 1. Au cours de cette rencontre très rythmée, les Aigles se sont fait cueillir à froid dès l’entame du jeu (dans le premier quart d’heure). L’attaquant zimbabwéen, Sithole a pris de vitesse le défenseur malien Konaté avant de tromper Soumaïla Diakité (1-0, à la onzième minute). Une ouverture du score qui obligea les nôtres à sortir de leur gond pour recoller au score, et donc s’exposer à des contres.

C’est ainsi qu’à la 24ème minute, Moyo obligea encore Soumaïla Diakité à sortir une parade décisive. Le dernier rempart malien a été une nouvelle fois décisif quelques instants plus tard. Entre temps Sissoko avait tenté de créer le danger à la 27ème minute, avant que Samaké ne s’essaye au coup franc (à la 38e mn). Lassana avait une grosse occasion de ramener les siens à égalité juste avant la pause, mais sa frappe termina de peu au-dessus.

Mais, la défaite des nôtres était prévisible. Jusqu’au quart de finale, les Guerriers du Zimbabwe détenaient la meilleure défense de la compétition. Jusqu’à ce niveau de la compétition, ils n’avaient encaissé aucun but. Les Guerriers constituent un bloc très homogène qui défend bien et qui joue bien les contre-attaques. Surtout sur le côté gauche où il y a leur numéro 10 (Kudakwashe Mahachi) qui est un très bon joueur techniquement. A la différence des nôtres qui manquaient de réalisme à l’offensive.

Avant le match, le coach Djibril Dramé, qui s’exprimait sur les antennes de nos confrères de RFI disait qu’ « On a eu le temps d’étudier ce football zimbabwéen. On sait que cette équipe a en son sein deux grosses individualités (Kudakwashe Mahachi et Masimba Mambare, etc). Et que c’est une équipe très athlétique et très vivace, qui pose de nombreux problèmes sur le plan défensif parce qu’elle effectue un bon regroupement défensif ». Mais, il ne s’était montré impressionné. « Cette défense de fer du Zimbabwe n’impressionne pas pour autant les joueurs maliens. « On ne s’attend pas à un match facile, mais chaque rencontre à sa réalité », lâche le milieu de terrain Idrissa Traoré. « Les Zimbabwéens n’ont pas encaissé de but. Nous aussi, avons encaissé peu de buts en trois. Donc, on va tout faire pour déstabiliser leur défense. Elle est peut-être stable, mais nous, nous marquons des buts à chaque match », avait il ajouté. On sentait que les joueurs avaient de la volonté, sauf que cela ne suffit pas toujours. Il faut marquer des buts. Or, ce jour-là, ils avaient les pieds lourds.

Mohamed A. Diakité

Tjikan du 28 Janvier 2014