Partager

L’Assemblée générale de la section syndicale des travailleurs de la Mairie du District a mal tourné, le jeudi 12 septembre au musée de Bamako. Invités à prendre une décision relative à la coupure de l’eau et d’électricité à la mairie du District, les militants ont transformé les lieux en ring de boxe. Car les avis divergeaient.

Depuis le mois de mars, les travailleurs de la mairie du District sont privés d’abord d’électricité puis d’eau. Cela serait dû à l’incapacité de la mairie qui attend depuis des années durant une subvention de la part de l’Etat. Au regard de cette situation qui handicape le travail du personnel, la section syndicale dirigée par Issa Sanogo a convoqué une assemblée générale pour déterminer la démarche à adopter.

A l’entame de la rencontre, le secrétaire général, Issa Sanogo a rappelé les différentes démarches qu’ils ont eues auprès des autorités chargées de la gestion de l’eau et de l’électricité dans le but de rétablir l’eau et l’électricité. Estimée à 1,8 milliards, la facture impayée, sur la demande des premiers responsables de la mairie, la direction de l’EDM-Sa avait accepté que la mairie paie 20 millions puis 10 millions chaque mois pour le rétablissement de l’eau et de l’électricité, a-t-il précisé. Mais, poursuivra-t-il, le nouveau directeur a remis en cause cette clause. Il a exigé le paiement de 300 millions pour le retour de l’électricité.

Et le comptable de la mairie explique que cette somme n’est pas disponible. Au regard de cette dégradation des conditions de travail, Sanogo avait convoqué ses militants pour décider de ce qu’il faut pour obtenir gain de cause. Mais cette initiative a été mal comprise par certaines personnes qui nourrissent une haine contre le maire du District. Ils ont voulu transformer la rencontre en procès de ce dernier. Ils étaient nombreux à se poser la question ce que font les premiers responsables avec les recettes générées par la mairie. D’autres estimaient que c’est une mauvaise volonté du maire, de son adjoint et du receveur de faire avancer le dossier et ont fait hors sujet en abordant les questions de ristournes et avancement alors qu’un seul point s’inscrivait à l’ordre du jour. Il s’agit de la coupure de l’eau et d’électricité. Pour les plus raisonnables, cette thèse n’est pas valable, dans la mesure où ceux-ci sont aussi confrontés aux mêmes problèmes.

Pour corroborer les propos de son prédécesseur qui refuse d’admettre que le maire puisse s’opposer au rétablissement de l’eau, le secrétaire général sortant, Drissa Soumano a affirmé que ce n’est ni le maire, ni son adjoint encore moins le receveur qu’il faut blâmer, mais l’Etat. Car, explique-t-il, dans tous les Etats modernes du monde, les mairies de leurs District bénéficient d’une subvention conséquente de l’Etat. Alors qu’au Mali, tel n’est pas le cas. « Donc cessons d’accuser à tort le maire » a-t-il indiqué. Sûrement, cette déclaration a heurté la sensibilité de ceux qui veulent la peau du Maire Sangaré. Estimant que Soumano n’est qu’un complice du maire, il a été pris à partie. Certains ont même porté la main sur lui. Il a fallu l’intervention de l’actuel Segal et de son adjoint pour que Soumano échappe au lynchage.

Après cette échauffourée, même si on nous avait suppliés de ne rien dire, notre métier ne nous permettait pas de passer sous silence ce comportement enfantin des militants du syndicat des travailleurs du District.
A l’issue de l’Assemblée générale, les avis étaient partagés entre la cessation de travailler et la marche. Malgré la pression de l’adjoint qui insistait pour que cesse le travail, dans les coulisses, on a constaté que tout le monde n’était pas de cet avis. Mais, au finish, sans précision, le syndicat a décidé d’aller en grève illimitée jusqu’au retour de l’eau et de l’électricité. Il reste à savoir si tous les travailleurs suivront cette décision.

Oumar KONATE

Le Prétoire du 16 Septembre 2013