Partager

Une « Commission de récolement », chargée de recompter les votes, se réunit dès ce lundi matin pour examiner les nombreux contentieux nés du scrutin très contesté de vendredi pour élire une nouvelle Première secrétaire. Parallèlement la bataille pourrait se déplacer sur le terrain judiciaire, les partisans de Martine Aubry et de Ségolène Royal n’excluant pas de porter plainte les uns pour fraude, les autres pour diffamation. Selon nos informations, ce sont les PV de toutes les sections du parti qui pourraient-être remontés à Paris, soit 3 200 procès-verbaux environ à passer au crible. Car à l’heure des comptes dans les Fédérations, la liste des mécomptes s’allonge. A Lille, fief de Martine Aubry, les Royalistes envisagent carrément de porter plainte pour faux en écriture d’un côté, tandis que les partisans de la maire de Lille parlent de diffamation. Quant au nombre de voix obtenues par Martine Aubry dans un bureau, il serait passé de 110 devant les caméras de télévision à 130 sur le procès-verbal. (RFI)