Partager


Les rideaux sont tombés le 20 Mai 2008 sur les journées de concertation initiées par le ministère du Développament Social, de la Solidarité et des Personnes Agées (MDSSPA) sur l’Assurance-Maladie Obligatoire et le Fonds d’Assistance Médicale, organisées au Centre International de Conférences de Bamako(CICB).

Une des recommandations de ces très importantes assises sur la question a été le changement de dénomination du Fonds d’Assistance Médicale qui devient désormais l’Agence Nationale d’Assistance. Cette recommandation a donc été adoptée par les participants à ces journées de concertation.

Entre autres, ces journées ont également recommandé l’extension de la converture de l’Assurance-Maladie Obligatoire aux ascendants directs de l’assuré, en plus de la mise en place rapide d’un plan de communication pour assurer l’information et la sensibilisation des populations.

De l’avis de nombre d’experts et acteurs politiques, la problématique de l’extension de la protection sociale, qui fait partie des axes prioritaires du Programme de Développement Economique et Social (PDES) du Président de la République, constitue un des défis majeurs des prochaines décennies, non seulement pour le Mali, mais également pour toutes les nations.

On se rappele que c’est ce qu’a souligné le ministre du Développement Social, M.Sékou Diakité, dès l’ouverture de ces deux journées de concertation, tout en indiquant aussi la volonté du gouvernement qui, a-t-il dit, s’est engagé dans un processus devant assurer,

à terme, la converture collective des risques sociaux en général, et ceux liés à la maladie en particulier, de l’ensemble des citoyens, ainsi que le préconisent l’Organisation Internationale du Travail (OIT) et l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

La cérémonie de clôture de ces journées ont vu la participation de nombreuses personnalités : entre autres, les représentants de l’Assemblée nationale du Mali, du Conseil National du Patronat du Mali (CNPM), des deux centrales syndicales qui sont l’Union nationale des Travailleurs du Mali (UNTM) et la Confédération Syndicale des Travailleurs du Mali (CSTM).

Après les communications qui ont permis aux participants de mieux appréhender les systèmes de couverture sanitaires,

les travaux ont été sanctionnés par de grandes recommandations, dont la plus importante est l’adoption de la dénomination “Agence Nationale d’Assistance Médicale” en remplacement de celle de “Fonds d’Assistance Médicale” , pour la structure en charge de la gestion du Fonds d’Assistance Médicale.

Au cours de ces deux jours de concertation, il a été constaté que la contenu des différents projets de textes soumis aux participants a fait l’objet d’un examen fort enrichissant, tant sur le plan de la forme que sur celui du fonds.

C’est d’ailleurs pourquoi le ministre Sékou Diakité dira que “l’étape que nous engageons ensemble, en ce moment, devra marquer un élan décisif dans le processus de concrétisation de l’Assurance-Maladie Obligatoire et du Fonds d’Assistance Médicale.

Aussi a-t-il souligné que l’occasion sera désormais propice pour renforcer les actions d’information, de sensiblisation et de communication. Toute chose reconnue indispensable aussi par l’ensemble des acteurs.

A en croire le ministre, la mise en place imminente de groupes de travail réunissant les prestataires de soins de santé, les services publics, les partenaires sociaux, les collectivités terrritoriales et la société civile devra permettre de prendre cette préoccupation en compte.

Laya DIARRA

22 Mai 2008