Partager

Le groupe Eléphant vert a élaboré une approche pour contrer la dégradation des sols et les crises alimentaires.

Sous une chaleur intense, la Cité des Balanzans garde son enthousiasme. Les populations des commune rurale de Pelengana et urbaine de Ségou sont sorties massivement pour saluer l’avènement d’une usine de fabrique d’engrais organique. Installée sur 6 ha, l’usine a coûté 5 milliards de F CFA à son promoteur qui n’est autre que le groupe Eléphant vert.
Avec une production annuelle de 50 000 tonnes, extensible à 100 000 tonnes, cette usine va contribuer à la restitution des sols de culture en vue de booster la productivité. Les deux variétés d’engrais organique sont le Fertinova et l’Organova.
L’implantation de cette unité de production à Pelengana est d’une grande importance pour autorités municipales. « L’usine Eléphant vert va contribuer au développement économique et social de la commune, par la création d’emploi et la réduction de l’exode rural », a déclaré Diabaté Mamou Bamba, maire de Pelengana.
Il a engagé les promoteurs dans une bonne gestion des déchets pour une meilleure protection de l’environnement.

Engagé dans une politique d’industrialisation soutenue, le gouvernement était présent à travers deux de ses membres. Il s’agit des ministres du Commerce et de l’Industrie (Abdel Karim Konaté) et de l’Agriculture (Kassoum Denon).
La réalisation de cette unité industrielle, a rappelé le ministre du Commerce et de l’Industrie, entre en droite ligne dans la mise en œuvre de la politique de développement industriel de notre pays. Elle contribuera, selon lui, à renforcer l’articulation entre l’agriculture et l’industrie dans la région de Ségou, réputée pour ses potentialités agricoles.
Le ministre de l’Agriculture a salué le choix porté sur le Mali pour l’implantation de cette unité de production d’engrais organique. « Le Mali a besoin des unités de ce genre parce que l’engrais organique a joué un rôle d’amélioration des aspects physico-chimiques du sol et à la nourriture des plantes », a-t-il précisé.
La directrice pays d’Eléphant vert, Oumou Sidibé Vanhoorerbeke, a assuré de l’engagement du groupe à favoriser une agriculture plus productive tout en contribuant au développement local de la région. Elle a aussi informé les autorités de l’importance des 2 variétés d’engrais produits par l’usine pour le développement des sols.
Les ministres ont assuré le groupe Eléphant vert du soutien de l’Etat dans l’atteinte de ses objectifs. A noter que l’usine Eléphant vert est au Mali depuis 2012 et a contribué considérablement à la réduction du chômage à Ségou.

Youssouf Coulibaly
Envoyé spécial

L’Indicateur du Renouveau du 2 Juin 2016