Partager


L’hôtel de l’Amitié a abrité les 1er et 2 juillet derniers le forum sur « Propriété intellectuelle et contrefaçon ».

Organisé conjointement par les gouvernements malien et américain (à travers le Programme de développement de droit commercial, CLDP) sur financement de l’USAID, la rencontre avait pour but d’améliorer les connaissances des participants sur les droits de la propriété intellectuelle et leur mise en application, ainsi que sur les méfaits de la contrefaçon afin d’augmenter la qualité et le volume des échanges commerciaux entre le Mali et les Etats-Unis.

En Afrique de l’ouest d’une manière générale, la protection de la Propriété intellectuelle (PI) est un facteur primordial pour encourager l’apport des investissements étrangers et sécuriser les investissements locaux ; elle est donc indispensable pour une croissance économique durable et au bon développement d’un pays.

Les droits conférés par les brevets, les marques et les droits d’auteur encouragent les entreprises locales, les artistes et les industriels à la création, promeuvent la compétition et stimulent la productivité. Cependant, la protection et mise en application des principes de PI en Afrique de l’ouest, et particulièrement au Mali, sont inadéquates. Le piratage et la production de produits contrefaits posent de graves problèmes.

D’où cette initiative du CLDP (qui travaille avec plus de 35 pays dont 3 en Afrique de l’Ouest) de venir au chevet du Mali.

Le programme travaille déjà conjointement avec le Centre malien de promotion de la propriété industrielle (CEMAPI), le ministère de l’économie, du commerce et de l’industrie, le Bureau malien du droit d’auteur (BUMDA), l’Institut national de formation judiciaire et des membres de la communauté industrielle, pharmaceutique, digitale, musicale et cinématographique;

pour accentuer aussi bien au sein du secteur public que du secteur privé l’importance de la protection de la PI pour le Mali. Le but est également d’accroître les capacités des praticiens de ce droit aussi bien au sein du système judiciaire et de la police que de faciliter des réformes législatives et autres standards internationaux.

Durant les deux jours, les participants ont échangé sur des thèmes aussi importants et variés que l’importance de la PI pour le développement économique national et les investissements directs étrangers ; l’impact économique du piratage et de la contrefaçon ; le piratage et les droits d’auteur ; santé publique et risques posés par les produits et médicaments contrefaits ;

mise en application des jugements de contrefaçon et piratage ; mesures utilisée par les douanes et la police des frontières dans la mise en application des standards internationaux de la PI.

Dans son intervention à la cérémonie d’ouverture du forum, l’Ambassadeur des Etats-Unis au Mali, Terence McCulley (en fin de mission), dira qu’un système efficace de droits de la propriété intellectuelle permettra au Mali de devenir plus compétitif sur les marchés mondiaux et stimulera l’apport d’investissements étrangers ainsi que les transferts de technologie et l’implantation de nouvelles sociétés venues du monde entier.

Quant au ministre de l’économie, de l’industrie et du commerce, il a mis l’accent sur les efforts entrepris par le gouvernement malien pour assurer la promotion des droits de propriété intellectuelle. Dans ce cadre, Ahmadou Abdoulaye Diallo a notamment rappelé tous les textes internationaux ratifiés par le Mali depuis la Convention d’union de Paris de 1883 pour la protection de la propriété industrielle.

SEKOU TAMBOURA

07 Juillet 2008