Partager

Bamako, le 31 janvier 2006, La population de la commune rurale de Sirakorola, située à 40 km de Koulikoro, a accueilli hier, sous un soleil ardent et avec enthousiasme, la délégation venue de Bamako pour inaugurer le village solaire phare de la localité.

Le Ministre des Mines, de l’énergie et de l’eau qui conduisait la délégation a indiqué que les « solutions énergétiques traditionnelles contribuent à la paupérisation programmée des ménages et des opérateurs économiques ». Pour lui, il est important pour un pays comme le Mali de tirer profiter des facteurs naturels comme l’ensoleillement, la biomasse, la force des vents et des courants d’eau pour « rendre l’énergie accessible à tous ».

Mis en place par le Centre national de l’énergie solaire et des énergies renouvelables, à travers le projet Promotion des énergies nouvelles et renouvelables pour l’avancement de la femme financé par le PNUD, le village solaire dont il est question est d’un coût total de 34.688.305 F CFA, dont 10 % assurés par la commune elle-même.

M. Kalfa Sanogo, Assistant au Représentant Résident du PNUD et responsable du secteur énergie a dit que « sans un environnement viable basé sur la gestion durable des ressources naturelles renouvelables, la base productive du Mali qu’est le développement rural n’a pas d’avenir ». Il a ajouté que le salut du pays réside dans « la recherche de solutions alternatives à l’exploitation abusive du bois-énergie ». Il espère par ailleurs que cette expérience de Sirakorola puisse convaincre d’autres partenaires à aider le Mali dans la vulgarisation des sources d’énergie renouvelables.

Dans la commune de Sirakorola, le bois contribue en effet pour 90% à la satisfaction des besoins en énergie, essentiellement pour la cuisson des aliments, le chauffage de l’eau, la conduite des activités génératrices de revenus comme la restauration, la teinture, la préparation des boissons, qui engagent surtout les femmes. Ce qui fait que le groupe cible du projet demeure les femmes.

Des équipements collectifs et domestiques pour générer des revenus et améliorer le cadre de vie des populations

La visite des installations a permis de constater que le village est composé de trois types d’équipements d’énergie solaire haut de gamme. La première série porte sur les équipements photovoltaïques, destinés à l’éclairage public et des salles de classe, à l’alimentation du réfrigérateur solaire, d’une unité de charge de batteries et d’une autre unité de fabrique de glace alimentaire et de conditionnement du lait.

Pour les deux directeurs de l’école de Sirakorola qui a un effectif de 852 écoliers, les bienfaits de l‘éclairage des classes se situent à deux niveaux : tout d’abord il suscite un grand enthousiasme chez les élèves qui peuvent ainsi combler leurs lacunes à travers les cours de soir et des sessions de rattrapage. Il permet également à certains enseignants d’achever les tâches administratives qu’ils n’ont pas pu réaliser dans la journée.

Le deuxième type concerne les équipements solaires thermiques comme les cuiseurs familiaux, le chauffe-eau sanitaire et les séchoirs de fruits et légumes au profit des groupements de femmes faisant du petit commerce.

Le troisième est relatif à un dispositif éolien servant au pompage de l’eau dans le jardin des femmes. Pour Mme Fatoumata Sidibé, présidente de l’Association « Kafo jigi » qui regroupe 53 femmes, la présence de ce dispositif sur leur parcelle d’un hectare « facilite la corvée d’eau en puisant directement dans le bassin de rétention ».

Pour M. Souleymane Coulibaly, Maire de Sirakorola, il s’agit là d’un cas réel de contribution des énergies renouvelables à la lutte contre la pauvreté et au développement du milieu rural. « Le village servira d’exemple aux communes du Mali, pour la satisfaction de leurs besoins en énergie solaire » a t-il ajouté.

Le Gouverneur de Koulikoro, M. Mamadou Issa Tapo garde l’espoir que « le phare de Sirakorola reste allumé avec une clarté permanente » pour montrer le chemin à d’autres communes du Mali.

Mamadou Coulibaly

1er février 2007.