Partager


La salle de conférence de la Fédération Malienne des Personnes Handicapées a servi de cadre à l’atelier sur le rôle des organisations de femmes handicapées dans la promotion des droits des femmes au Mali. Cet atelier a pour objectifs entre autres de favoriser les échanges entre les femmes handicapées et le Mouvement National des Femmes au Mali sur la problématique du handicap sur la convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées en vue de leur permettre de mieux comprendre les opportunités pour un développement inclusif.

Ainsi, au cours de cet atelier, les deux formatrices, Mme Bouaré Bintou Founé Samaké et Mme Djourté Fadimata Dembélé de la clinique juridique ont entretenu les participantes sur la convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées, sur la convention sur l’élimination de toutes les violences à l’égard de la femme et de l’enfant.

A la cérémonie d’ouverture de l’atelier, qui a enregistré la présence des présidentes et déléguées des associations et comités de femmes handicapées, le président de la Fédération Malienne des Personnes Handicapées (FEMAPH), M. Moctar Bah, a souligné que cet atelier est très important aux yeux de la FEMAPH car, selon lui, pour que les femmes handicapées prennent conscience, il faut qu’elles connaissent leurs droits.

Mme Djikine Hatoumata Gakou

Dans son intervention, la présidente de l’Union Malienne des Associations et Comités de Femmes Handicapées (JUMAFH) Mme Djikiné Hatouma Gakou a rappelé que l’Union Malienne des Associations et Comités de Femmes Handicapées (UMAFH), est une organisation qui a été créée depuis 1999 pour faciliter la promotion des droits des femmes handicapées au Mali.

Elle regroupe présentement 3 associations et 9 Comités de Femmes Handicapées. Selon elle, depuis sa création, elle travaille en étroite collaboration avec la FEMAPH et avec le ministère de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille.

Par ailleurs, elle a souligné que les personnes handicapées sont estimées à 1 630 000 au Mali et sont les plus pauvres des pauvres et donc les plus exposées aux maladies et autres fléaux sociaux. Selon elle, la situation des femmes et des enfants handicapés mérite une attention plus particulière car les femmes et les enfants handicapés ont difficilement la chance de voir leurs droits respectés par les parents et la communauté tout entière.

Difficulté d’accès aux services sociaux de base

A en croire Mme Djikiné, les femmes et les enfants ont difficilement accès à la nourriture, à la santé, à l’éducation, à la protection, à un habitat, à la formation, à l’information, aux nouvelles technologies de communication, à l’emploi, à une bonne rémunération, à un foyer, à la procréation, à la participation aux décisions etc.

Ayant vu leur chance très réduite selon elle, les femmes handicapées ont pris conscience de leurs conditions de vie et se sont organisées en associations autonomes de femmes handicapées ou en comités de femmes au sein des organisations mixtes de personnes handicapées.

Selon Mme la présidente de l’Union, actuellement elle oeuvre pour la promotion de leurs droits et la participation à tous les niveaux, et cela pour répondre à des préoccupations majeures des femmes handicapées du Mali, autrement dit, améliorer les connaissances des femmes en matière de droits.

La méconnaissance des droits des personnes handicapées

Par ailleurs, elle a souligné que les artisans des changements que sont les leaders, les médias sont moins avertis sur les droits des femmes handicapées. Cependant, ce sont des citoyens à part entière qui ont leurs droits et devoirs et qui peuvent participer au processus de développement du pays comme tous les citoyens.

Pour elle, c’est cette méconnaissance de leurs droits qui les empêchent d’exercer pleinement leurs droits politiques et socio-économiques. Face à cette situation, un changement de mentalité et d’attitude s’impose, a-t-elle indiqué.


Les motivations de l’atelier

C’est pourquoi, les organisations de défense des droits des personnes handicapées dont l’Union Malienne des Associations et Comités de Femmes Handicapées travaillent afin de briser les barrières socio-économiques, culturelles et environnementales qui entravent la participation des personnes handicapées en général et des femmes handicapées en particulier au processus de développement du pays, d’où l’organisation de cet atelier qui est une occasion de faire une large diffusion de la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées, de dégager des pistes de collaboration entre l’UMAFH et le mouvement national des femmes au Mali.


Des recommandations pertinentes

Ainsi, au sortir de cet atelier, des recommandations pertinentes ont été formulées en faveur de la promotion des femmes handicapées au Mali qui sont entre autres une meilleure prise en compte des besoins pratiques et surtout stratégiques des femmes handicapées au Mali, une discrimination positive en faveur des filles handicapées dans les projets et programmes de promotion de la scolarisation des filles au Mali, une prise en compte systématique des préoccupations des femmes handicapées dans tous les projets et programmes du ministère de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille et ses services centraux et rattachés, la création d’une ligne de crédit pour le financement des plans d’actions de l’UMAFH, le renforcement de la protection sociale des femmes handicapées, l’implication effective du ministère de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille dans la mise en œuvre de la convention internationale relative aux droits des personnes handicapées adoptée par les Nations Unies le 13 décembre 2006 et ratifiée par le Mali en août 2007.

Dado CAMARA

13 Janvier 2009