Partager

Les trois premiers contingents d’imams maliens ont été reçus au palais présidentiel, mardi, par le chef de l’Etat, S. E. M. Ibrahim Boubacar Kéita, qui avait à ses côtés le ministre des Affaires religieuses et du Culte, Thierno Amadou Omar Hass Diallo, dont le leadership a été salué en la matière. 

La présence des imams formés au Maroc à Koulouba est un acte de foi et de reconnaissance à l’endroit du président de la République, a souligné Cheick Oumar Sow en sa qualité de porte-parole au micro de l’ORTM.

Il a promis, au nom de ses condisciples, d’être les porte-étendards d’un islam modéré pour promouvoir la paix et la réconciliation nationale dans notre pays.  Ce, en conformité avec l’enseignement qu’ils ont reçu au Maroc et qui, du reste, est en phase avec les valeurs fondatrices de l’islam : une religion de paix et de tolérance.

L’islam est effectivement une religion de paix et de tolérance, a renchéri et conforté Thierno Hady Oumar Thiam, membre du Haut conseil islamique du Mali (HCIM) et du Groupement des leaders spirituels du Mali (GLSM), après avoir exhorté les nouveaux imams à perpétuer l’héritage de notre pays en matière de prêches tolérants et modérés.

« Je suis heureux pour cette initiative », s’est réjoui, pour sa part, le président Ibrahim Boubacar Kéita, convaincu que cette formation permettra de distiller dans le corps social de notre pays un islam modéré et tolérant.  

Vos prêches à venir, a-t-il espéré, aideront à informer, à sensibiliser et à former les jeunes pour les dissuader de braver déserts et océans à la recherche d’Eldorado ailleurs que dans leur propre pays. La plupart du temps, le désert et la Méditerranée se transforment en mouroir pour le plus grand nombre d’entre eux, a regretté le locataire de Koulouba.

A signaler que  ce programme de formation s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de l’accord du 20 septembre 2013 entre le Mali et le Maroc pour la formation de 500 imams maliens au Maroc pendant 5 ans.

En plus de cette formation en théologie, les bénéficiaires reçoivent également une formation professionnelle dans les domaines suivants : électricité bâtiment, coupe et couture, agriculture, bureautique (Word, Excel, PowerPoint, Outlook).  

La durée de la formation est de deux ans par vague de 100 imams. La première promotion a débuté ses études en 2013 et la cinquième et dernière vague vient juste de s’envoler pour le Maroc où se trouve déjà la quatrième cohorte.

Il convient de noter, par ailleurs, que la formation a été ouverte par les imams maliens et marocains à l’Institut Mohammed VI, avant d’être élargie aux autres nationalités africaines.

Source : Ccom/Marc

Du 15 Février 2018