Partager

La table ronde de la FNAM et de ses partenaires techniques et financiers sur les enjeux du développement du secteur de l’artisanat et des micros entreprises au Mali, se voulait une tribune pour explorer les moyens et stratégies envisageables en vue de renforcer l’appui aux artisans et artisanes maliens.

Elle a permis aux deux parties de présenter et de partager les actions en cours au sein de la fédération, d’échanger et de débattre autour des enjeux de développement du secteur, de recueillir des points de vue sur les visions et expériences et d’établir les bases de partenariat novateur.

Les échanges ont également porté sur le Document de politique générale de la FNAM, un document de référence qui fixe les choix stratégiques de la fédération pour les années 2005 à 2007. Il s’inscrit selon le responsable des services techniques de la FNAM, Hammou Haïdara, dans le cadre de la promotion du secteur et est le produit de Yérékimè, processus interne de réflexion participatif, mené par la FNAM depuis plusieurs mois.

La FNAM, organisation professionnelle décentralisée est résolument engagée dans la lutte contre la pauvreté. Elle est, selon sa présidente Mme Astan Traoré, un acteur important de la société civile malienne qui a contribué à une grande visibilité et une meilleure organisation du secteur : « Elle a obtenu, grâce aux actions menées dans le cadre du dialogue politique avec les pouvoirs publics, l’adoption d’un code de l’artisanat, la création d’un ministère en charge de l’artisanat, l’adoption d’un impôt spécifique pour le secteur… », a-t-elle expliqué.

Malgré ces avancées substantielles, dira-t-elle, l’artisanat reste confronté à de nombreux problèmes au nombre desquels les difficultés d’accès au crédit d’investissement, l’insuffisance de moyens pour appuyer l’émergence d’entreprise, l’insuffisance de la formation professionnelle de l’apprentissage, les problèmes de débouchés commerciaux et d’accès aux marchés.

Crée en 1992 par 37 associations et 185 artisans, la FNAM compte aujourd’hui 935 associations d’artisanes et d’artisans, 46 000 membres, 11 coordinations régionales et 70 unions locales.

Sidiki Y. Dembélé

03 mai 2006.