Partager

Les locaux du Conseil supérieur de la communication (CSC) ont été le cadre de la signature d’une convention entre ladite institution et l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), le lundi 12 avril 2021. Elle a porté sur la mise en place de la Radio jeunesse Sahel basée à Ouagadougou et qui va couvrir l’ensemble des pays membres du G5 Sahel.

« Votre arrivée dans le paysage médiatique contribuera à augmenter l’offre d’information dans l’espace des cinq pays du G5 Sahel au bénéfice de la jeunesse et l’ensemble de la population dans la lutte contre l’insécurité, le chômage des jeunes, l’ignorance et permettra un brassage culturel, facteur de tolérance et de vivre-ensemble », a déclaré Mathias Tankoano, président du Conseil supérieur de la communication (CSC). C’était le 12 avril dernier, lors de la signature de convention entre le CSC et l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) pour la mise en place de la Radio jeunesse Sahel (RJS). Et la directrice de la communication de l’OIF, Oria Vande Weghe, représentant la secrétaire générale de la Francophonie, de relever que c’est « une radio que l’OIF a voulue avec, par et pour les jeunes ! ». Une radio qui va couvrir les pays membres du G5 Sahel. Avant d’indiquer que la cible des auditeurs de cette radio transnationale est constituée des jeunes de 15 à 35 ans. Elle a rappelé qu’un Comité consultatif de la radio, exclusivement composé de 17 jeunes de la région du G5 Sahel dont 3 jeunes filles et garçons burkinabè de Bobo-Dioulasso, Dori et Ouagadougou, est mis en place depuis octobre 2020. La radio émettra avec un programme régional commun aux 5 pays du G5 Sahel et des décrochages nationaux. Oria Vande Weghe indique qu’elle diffusera ses programmes en français, arabe, haoussa, peulh, bambara et mooré avec une stratégie en hertzien, satellitaire et numérique.

Des thématiques sur l’extrémisme violent et la radicalisation vont être abordées

Représentant la secrétaire générale de la Francophonie, Oria Vande Weghe fait savoir que « Radio jeunesse Sahel vise, à travers ses émissions, à favoriser le vivre- ensemble, la cohésion sociale et une vision constructive de l’avenir en offrant aux jeunes à la fois un sens d’appropriation de leur avenir, le reflet de leur réalité et un contenu authentique, crédible, fiable et inspirant ». Le ministre en charge des affaires étrangères, Alpha Barry, a salué l’attribution, par le CSC, de cette fréquence à la RJS qui émettra sur la 95.3 FM au Burkina. Tout en soulignant que c’est une radio qui va être d’une grande importance, surtout dans un pays comme le Burkina où on parle de réconciliation nationale. Mais au-delà, dit-il, il y aura des thématiques qui vont être développées sur l’extrémisme violent et la radicalisation. Le président du CSC, Me Mathias Tankoano, a formulé les vœux de voir la RJS s’ériger en faiseur de paix et éviter d’être un canal de diffusion de l’intolérance, de la division et de la haine, surtout en cette période d’insécurité. La mise en onde de la radio est prévue dans les prochaines semaines, voire les prochains mois, a fait savoir Oria Vande Weghe. Tout en espérant que les jeunes vont s’y retrouver et s’y identifier en s’appropriant cet outil. Il faut relever la contribution financière de l’Union européenne à la mise en œuvre de ce projet et le partenariat du G5 Sahel.

Antoine BATTIONO

Source: Lepays.bf