Partager

Élaborer un plan de renforcement adapté aux besoins de la Fenacof en vue d’une évolution optimale, voilà l’objet d’une concertation qui a réuni, du 24 au 26 avril 2012, des responsables de la fédération nationale des collectifs d’organisations féminines (Fenacof) du Mali à la maison des Aînés de Bamako.

Organisation faîtière de 3ème niveau dans le classement des structures de la société civile, la Fenacof est constituée de 25 réseaux et d’organisations féminines. Créer le 25 février 2009, elle est présente sur toute l’étendue du territoire national, assurent ses responsables.

La structure œuvre à la promotion féminine dans notre pays. La présidente de la Fenacof Nyeda Kura, Dembélé Ouélématou Sow, a d’entré de jeu estimé que cet atelier avait pour objectif de dégager les forces et faiblesses de la structure et d’élaborer un plan d’action pour un meilleure renforcement des activités de la fédération. Outre Dembélé et les représentations de l’organisation à Bamako, plusieurs membres de la fédération à l’intérieur du pays et le chef de cabinet du ministère de la promotion de la femme, Niagalé Marie, ont pris part à l’Atelier.

L’initiative, soutenue par le PAOSC 1, se veut une analyse participative de la situation structurelle et organisationnelle de la Fenacof. Dans son intervention, la représentante du ministère de tutelle n’a pas manqué de saluer les «multiples efforts» de la Fenacof dans ce domaine pour ensuite réaffirmer son engagement à l’accompagnement des actions de l’organisation féminine.

Selon Dembélé Ouélématou Sow, la fédération nationale des collectifs d’organisations féminines du Mali est confrontée à des difficultés matérielles et organisationnelles qui handicapent son fonctionnement adéquat et limitent ses actions par une fragilisation de son assise institutionnelle. Il s’agit donc, à travers cet atelier, de déceler les forces et les faiblesses de la structure et d’élaborer un plan d’action susceptible de renforcer les atouts de la fédération.

Seydou Coulibaly

30 Avril 2012

©AFRIBONE