Partager

La ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, Mme Maïga Sina Damba est dans l’œil du cyclone. En effet, en plus des jérémiades de certaines femmes politiques, voici celles de l’Association des Professionnelles Africaines de la communication du Mali (APAC – Mali), dirigée par notre consoeur, Maciré Yattassaye. Cette dernière reproche à la ministre en charge des femmes d’œuvrer à affaiblir son association.

Rien ne va plus entre APAC – Mali et la ministre Mme Maïga Sina Damba. Et pour cause : depuis sa nomination en octobre 2007, la ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille a refusé de recevoir le bureau de l’APAC – Mali, malgré les nombreuses sollicitations de ce dernier. A en croire la présidente de cette organisation, Maciré Yattassaye.

Pire, Sina Damba est également accusée de semer la division au sein de cette association «  qu’elle considère comme peu significative « . Il semble qu’elle ne collabore qu’avec quelques animatrices de la place, parlant la langue de son tiroir. En clair, elle est accusée d’ethniciser son département.

Comme si cela ne suffisait pas, notre brave ministre, dans le cadre de l’organisation de la journée internationale des femmes, le 8 mars, a mis en place une commission d’organisation, ignorant superbement l’APAC – Mali. Alors que depuis 1994 où cette fête est célébrée au Mali, l’association des communicatrices du Mali y a sa place.

Face à ces multiples « provocations« , APAC – Mali a décidé de rompre le silence afin de dénoncer le comportement «  peu juste  » à son endroit du ministre de la Promotion de la Femme, de l’enfant et de la Famille.

Rappelons que APAC- Mali, qui a été créée il y a 21 ans regroupe toutes les femmes de médiats (publics comme privés). Elle participe à la formation, à l’information et à la sensibilisation de ses adhérents sur des thèmes aussi riches et divers relatifs à la profession et à l’épanouissement des femmes. Depuis 2000, notre chère aînée Maciré Yattassaye préside aux destinées de l’APAC qui a fortement contribué à soutenir les communicatrices du Mali.

C’est pourquoi, elle ne tolère pas que cette organisation soit ravalée au second plan par le département en charge de la femme qui devrait plutôt l’aider et la soutenir à faire face à ses missions. Déjà, APAC – Mali a pu se trouver un siège grâce à la bienveillance de la première dame, Mme Touré Lobbo Traoré.

Elle y a organisé plusieurs conférences et séminaires. Malgré la conjoncture actuelle et l’environnement peu favorable dans lequel évoluent les associations, APAC – Mali se démène comme un beau diable pour assurer le fonctionnement du siège.

Chahana TAKIOU

26 Février 2009