Partager

Les choix budgétaires opérés reposent sur un objectif de croissance du produit intérieur brut de 5,4 % contre 5,9 % prévu pour 2006 et s’articulent autour de certains axes qui traduisent les grandes priorités de développement de notre pays.

Le projet de budget d’Etat pour l’exercice 2007 se présente ainsi qu’il suit :


Recettes

Le budget d’Etat 2007 est arrêté en recettes à la somme de 885,320 milliards de F Cfa contre 840,740 milliards de F Cfa en 2006, soit une augmentation de 5,30 %.

Un certain nombre de facteurs favorables et la mise en oeuvre d’un ensemble de mesures doivent concourir à une meilleure mobilisation de ressources.

Il s’agit notamment de l’augmentation du prix de l’or et d’un meilleur suivi du secteur minier, de l’intensification de la lutte contre la fraude, de la maîtrise des exonérations, de la création d’un guichet unique pour le dédouanement des véhicules, du transfert du recouvrement des impôts des services du Trésor aux services des impôts dans le District de Bamako.


Dépenses

Le budget d’Etat 2007 est arrêté en dépenses à 976,602 milliards de F Cfa contre 935,759 milliards de F Cfa en 2006, soit une augmentation de 4,36 %.

La répartition des crédits par secteurs confirme la volonté du gouvernement d’accorder la priorité, notamment, au développement humain et social et au développement rural.

A cet égard, les principaux ratios sectoriels par rapport aux charges récurrentes, c’est à dire sans les financements extérieurs, font apparaître les éléments suivants : – secteur de l’éducation : 30,13 % des dépenses en 2007 contre 30,07 % en 2006- secteur de la santé : 10,75 % des dépenses en 2007 contre 10,63 % en 2006.

Déficit

Le projet de Loi des Finances pour l’exercice 2007 dégage un déficit prévisionnel de 91,282 milliards de F Cfa contre 95 milliards en 2006, soit une baisse de 3,92 %.

Ce déficit sera financé par les ressources provenant des aides budgétaires extérieures ou de la mobilisation de l’épargne nationale.

On constate que l’Education et la santé constituent les deux secteurs prioritaires en termes de volume au niveau du projet de Loi de finance 2007.

Cette année, on note par ailleurs que la Loi des Finances 2007 apporte une innovation importante dans la structure administrative des allocations budgétaires.

En effet, les dotations des administrations déconcentrées des régions passent de 16,439 milliards de F Cfa en 2006 à 135,320 milliards de F Cfa en 2007, soit plus de 720 % d’augmentation.

Cette forte progression vise à renforcer la déconcentration, à atténuer le déséquilibre entre le niveau central et les niveaux régional et local et à impulser le développement régional et local.

Almahady M. Cissé

28 septembre 2006.