Partager

Les autorités maliennes réceptionnent les infrastructures de la première phase financées à 2 milliards de FCFA par l’AFD

L’Agence Française de Développement (AFD), dans le cadre du Projet d’assainissement et de développement urbain de Bamako (Padub) qui consiste à aider le gouvernement malien à améliorer le cadre de vie des populations riveraines de Bamako, s’est engagé a financé ledit projet à hauteur de 20 millions d’euros, soit 13 milliards de FCFA. Le Padub comporte pour la circonstance une composante «assainissement» prévoyant la réalisation d’infrastructures d’assainissement dans les Communes II et V, et une composante «gestion urbaine» d’appui au renforcement des capacités en matière de gestion urbaine à l’échelle di district de Bamako. La première phase du Padub, lancé il y a sept mois de cela, a pris fin. L’inauguration des travaux de ladite phase du Padub a été faite le 25 juillet 2016, à Badalabougou, à travers la coupure du ruban symbolique de la Rue pavé n°132 (800 m) par le Ministre de Urbanisme et de l’Habitat, Oumane Koné.
C’était en présence de son homologue de l’environnement, de l’assainissement et du développement durable, Mme Kéita Aida M’Bo, l’Ambassadeur de France a Mali, Gilles Huberson, les représentants des départements de l’équipement et des transports, de la décentralisation de la réforme de l’Etat. Etaient aussi présents, le Maire du District de Bamako, Adama Sangaré, celui de la Commune V, Boubacar Bah dit «Bill», le directeur intérimaire de l’AFD, Thierry Boutroux, les populations de la Commune V. Les infrastructures inaugurées sont : les travaux d’aménagement de la chaussée des rues (151,153, et 159 de Kalabancoura), de construction de caniveaux dans les rues (607 et 578 de Kalabancoura), de construction de caniveaux dans les rues (455 e 56o de Kalabancoura), d’aménagement d’un cllecteur sur la rue (367) de Kalabancoura, et le pavage, drainage et d’éclairage public sur la rue (132) de Badalabougou ( en CV), le bitumage des rues (303 et 337 à N Golonina), la pavage de la rue (20) à Missira, la réalisation d’un collecteur à l’Hippodrome, ont coûté 3 millions d’euros, soit 2 milliards de FCFA. Les travaux ont été entièrement exécutés par les entreprises maliennes dont la Cellule Technique d’Appui aux Communes (CTEC). «La France est très heureux de financer ce projet à travers l’Afd au Mali. Pour la France, ces réalisations, c’est de l’argent bien visible, placé. Quand on passera par là, on dira que l’argent du contribuable français a été bien utilisé», a déclaré l’Ambassadeur de France au Mali, Gilles Huberson. Le Ministre Ousmane Koné d’ajouter que ces infrastructures contribuent à améliorer le cadre et les conditions de vies des riverains et de toutes les populations des CII et V ainsi que celles de Bamako. « J’invite les Mairies des CII et V de même que les bénéficiaires à prendre toutes les dispositions pour l’entretien correct et le bon fonctionnement des ouvrages qui ont été réalisés afin d’assurer leur pérennité, gage d’un environnement assaini », conclu le ministre de le l’Urbanisme et de l’Habitat. A rappeler que la suite du projet , la deuxième phase, dont les travaux ont commencé, selon les organisateurs, portera sur la réalisation de travaux de voirie, de pavage, drainage des eaux pluviales et d’éclairage public dans les deux communes citées dessus.

Hadama B. Fofana
Le Républicain du 26 Juillet 2016