Partager


La Banque de développement du Mali (BDM-SA) l’un des partenaires stratégiques du Projet d’appui aux commerçants détaillants (PACD) a organisé, hier dans la salle de conférence de la CCIM, une session d’échanges avec les détaillants bénéficiaires des fonds dans le cadre du Projet. L’exercice a permis un échange direct entre les commerçants détaillants, les responsables des huit centres de gestion agréés (CGA) de Bamako et les responsables de l’institution financière.

La BCS-SA, la BRS-Mali, la BMS-SA et la BDM-SA sont les quatre principales institutions financières qui participent à la mise en œuvre du Projet d’appui aux commerçants détaillants (PACD).

Ce projet qui a été initié et lancé par le président ATT en juillet 2005 se fixe comme objectif la modernisation du secteur informel du commerce par l’accès des pratiquants à des financements dont le montant varie de 200 000 FCFA à 2 millions de FCFA.

Au mois de février dernier, la BDM-SA apportait sa contribution à la réalisation de cet ambitieux projet. Ainsi, 183 détaillants ont pu bénéficier des financements. La formation d’hier a été organisée pour permettre d’établir un échange entre les commerçants bénéficiaires de ces fonds et les responsables de la banque autour des difficultés rencontrées dans l’accès au fonds et dans le remboursement. L’objectif recherché étant d’augmenter le taux de remboursement dans les meilleures conditions.

La cérémonie était présidée par le président de la Coordination des associations et groupements des commerçants détaillants du Mali, Hama Abba Cissé. Celui-ci dira que cette formation est une manière d’encourager les bénéficiaires qui ont fait preuve de régularité dans le remboursement. Tout en demandant aux banques à faire confiance à ces « bons clients« .

Vingt six bénéficiaires ont remboursé par anticipation sur lesquels, 16 ont leurs dossiers de refinancement sur le bureau du DG de la banque. Il a, par ailleurs, regretté le cas de quelques rares bénéficiaires qui n’ont pas pu honorer leurs engagements.

Pire, aux dires du président Hamma Abba Cissé, certains se sont endettés pour quitter simplement le pays. C’est pourquoi, il a demandé aux Centres de gestion agréés d’être plus rigoureux dans le traitement des dossiers et de s’assurer du maximum de garantie que les fonds alloués seront remboursés dans l’intérêt du projet et des détaillants.

Kalilou Camara de la BDM-SA a confié que son institution a toujours travaillé avec les détaillants bien avant le Projet. Pour lui, les difficultés sont inhérentes à toutes activités mais le plus important c’est d’arriver à les surmonter. Il a salué les efforts mis en œuvre dans le District par le Cellule de Coordination du PACD dirigée par Abdoul Karrim Diallo.

M. Camara s’est dit convaincu qu’avec ces démarches, les crédits en souffrance pourront être remboursés d’ici à fin trimestre 2008. Dans le cadre de ce projet, la BDM-SA, a-t-il affirmé, a consenti beaucoup d’efforts pour les bénéficiaires qui sont soumis à un taux d’intérêt de 9 % et sont exemptés des frais de dossiers et autres pénalités de retard dans le remboursement des crédits.

Les agents de recouvrement des CGA ont expliqué que la plupart des bénéficiaires n’ont aucune notion des techniques bancaires, l’échéance de remboursement, les pénalités de retard, le taux d’intérêt …

Les détaillants bénéficiaires ont, à l’unanimité, reconnu les facilités accordées par la BDM-SA et certains affiliés dans d’autres banques, ont, sur le champ, demandé d’être transférés à la BDM-SA.

Mais le Coordinateur du projet a tenu d’assurer tout le monde que les discussions sont en cours avec les autres banques partenaires pour rendre plus avantageuse les conditionnalités des prêts.

Car chaque banque a ses spécificités et c’est une première expérience qui a besoin du temps pour que tout puisse rentrer dans l’ordre.

Youssouf CAMARA

1er novembre 2007.