Partager

A peine un mois après la visite dans notre pays de la gouverneure générale du Canada, la très honorable Michaëlle Jean, jeudi passé, la cérémonie de signature d’un protocole d’entente du Projet égalité entre les sexes (PROJES) d’un montant d’environ 2,2 milliards Fcfa vient d’avoir lieu entre nos deux pays.

Le document a été paraphé côté malien par le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Moctar Ouane, et côté canadien par l’ambassadeur du Canada dans notre pays, Mme Isabelle Roy.

Pour l’ambassadrice du Canada dans notre pays, il ne s’agit pas là d’un nouveau projet mais bien d’un projet innovant. En effet, c’est en 2001, que le Mali et le Canada, ont décidé la mise en place pour une durée de 5 ans, du projet « Fonds genre et développement » ayant comme principal objectif de promouvoir l’égalité entre les sexes.

Doté d’une enveloppe d’environ 1,3 milliard Fcfa, le projet « Fonds genre et développement a aidé le ministère de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille à élaborer un plan d’action, ainsi qu’à conduire des activités de renforcement institutionnel.

En 2004, il est ressorti de l’évaluation à mi-parcours du fonds, qu’il était nécessaire de consolider les acquis. Aussi, le PROJES va oeuvrer au renforcement des capacités des femmes, contribuer à la promotion de l’approche genre dans l’élaboration et la mise en œuvre des programmes de développement, aider à combler les insuffisances en matière de concertation entre les différents acteurs et surtout accorder le plus grand intérêt aux questions se rapportant aux droits des femmes, à la santé de la reproduction et à la gouvernance.

Rappel a été fait par Mme Roy, que le Canada et le Mali ont adhéré au consensus obtenu au sommet du Millénaire et se sont engagés à assumer les efforts à consentir pour atteindre les objectifs de réduction de la pauvreté et d’éradication de la famine.

Pour le ministre Ouane, comme en atteste la création d’un ministère à part entière qui a la charge la promotion de la femme dans notre pays, cette action reste une priorité du gouvernement.
Les interventions du PROJES selon Moctar Ouane, ne reposent pas sur des requêtes, mais seront planifiées en amont avec l’ensemble des partenaires pour s’inscrire dans un programme cohérent axé sur les orientations des politiques et plans d’action du ministère de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille et celle du Cadre stratégique de lutte contre la pauvreté.

11 décembre 2006.