Partager


En général la fraude électorale se situe autour de quatre axes : le procès-verbal (PV), les cartes d’électeurs, le vote multiple et l’achat de conscience.

Une bonne organisation des élections nécessite un arrêté du gouvernement relatif à l’encodage numérique, la transmission numérique, ainsi qu’au traitement automatisé des données électorales.

Le PSISE « logiciel » est un programme informatique permettant l’encodage structuré de données électorales, ainsi que leur traitement automatisé. Il comprend deux volets : équipement informatique et processus du système de vote électronique.

La partie équipement informatique comporte un serveur national sécurisé ; un logiciel des candidatures et des résultats du dépouillement ; un logiciel de recensement et de dévolution des résultats du recensement. Pour chaque circonscription électorale un ordinateur, une imprimante et un onduleur ; un mini-ordinateur fonctionnant avec piles et/ou solaire pour chaque agent recenseur permet l’identification biologique des électeurs à travers l’empreint digitale.

Pour chaque bureau de vote un appareil électronique informatique à écran tactile fonctionnant avec piles et/ou solaire pour le système de vote électronique simplifié. C’est-à-dire un appareil à double fonction : l’identification de l’électeur à travers l’empreint digitale et le vote électronique ; réseau sécurisé, etc.

Pour ce qui concerne le processus du système de vote électronique, il part du recensement général à but électoral. Il consiste à faire la saisie des données codifiées et l’identification biologique des électeurs à travers l’empreint digitale qui sera stocké dans le système.

Le vote électronique simplifié

L’électeur est tenu à se présenter devant un appareil électronique informatique à écran tactile dans un bureau de vote de son choix, cet appareil contient la photo de tous les candidats, l’électeur aura à choisir son candidat par une simple touche du doigt. Il y aura un compte codifié unique pour chaque candidat que chaque candidat peut consulter.

Ce programme d’informatisation de notre système électoral permettra non seulement de lutter contre les différentes fraudes mais aussi de diminuer de moitié les dépenses de l’Etat en matière électorale, car l’investissement d’une seule campagne permet de financer plusieurs années d’élections.

Le PV sera établi par le logiciel, les cartes d’électeurs seront remplacées par le système de codification numérisé, pas de possibilité de voter plusieurs fois car la machine n’accepte qu’une seule fois et l’achat de conscience des électeurs sera terminé car il n’y aura plus de bulletin imprimés.

Le taux de participation sera augmenté à cause de la simplicité du système et aussi la transparence que le système va apporter attirera les gens à voter. On sera à l’abri des troubles sociaux et guerres civiles causés par une mauvaise organisation des élections.

Pas de possibilité de modifier les données du système car le réseau est sécurisé, mais la consultation reste possible.
Du fait que ce processus commence par un recensement général informatisé pour l’identification biologique à travers l’empreint digitale des électeurs, cette proposition est applicable pour les élections futures.

Moussa Kané

(innovateur Ashoka Global : 1700 North Moore Street Suite 2000 Arlington, VA 22209-1939 USA)

23 Octobre 2008