Partager

Une réunion sur le volontariat des jeunes maliens dans les services publics a eu lieu le jeudi 24 février dernier au ministère de l’Emploi et de la Formation Professionnelle sous la houlette du chef de cabinet de ce département, Cheick Fantamady Traoré.

Ont participé à cette réunion, les chefs des Directions Administratives et Financières (DAF) de tous les ministères et les responsables de l’Agence pour la Promotion de l’Emploi des Jeunes (APEJ). Le but de cette rencontre était d’échanger avec les principaux acteurs, notamment les DAF qui sont chargées de la gestion des personnels, pour mieux préparer la phase exécutoire du programme.

Les discussions ont porté sur les termes de référence du programme de volontariat afin d’impliquer davantage les Directions Administratives et Financières pour la réussite du programme. « Les DAF connaissent mieux que quiconque les besoins en personnel d’où la nécessité de leur implication dans le programme de volontariat » a souligné le président de la séance, Cheick Fantamady Traoré, chef de cabinet du ministère de l’Emploi et de la Formation Professionnelle que nous avons eu au téléphone hier, lundi 28 février.

Il ajoute que « les DAF sont appelées à jouer le rôle d’intermédiaire entre l’APEJ et les volontaires » avant de conclure que « la rencontre du jeudi 24 février dernier, se situe dans le cadre d’une concertation qui doit aboutir très prochainement à la mise en application de la phase exécutoire du programme ».

Pour rappel, le programme de volontariat des jeunes Maliens dans les services publics est une œuvre de l’Agence pour la Promotion de l’Emploi des Jeunes (APEJ) en partenariat avec la Direction Nationale de la Fonction Publique et le Conseil National de la Jeunesse du Mali (CNJ-Mali). L’objectif de ce programme est de permettre aux jeunes diplômés souhaitant faire carrière dans l’administration publique, de se familiariser avec ses réalités et contraintes, d’acquérir une certaine expérience et de pouvoir mieux préparer les concours d’accès aux emplois publics et autres.

Pour être éligible à ce programme, le jeune doit être de nationalité malienne, âgé de 18 à 40 ans et être titulaire d’un diplôme reconnu par l’Etat. En plus, le candidat doit être inscrit à l’APEJ pour le stage de qualification. Il doit rédiger une lettre de motivation, jouir de ses droits civiques. Pour cela, il présente un dossier administratif probant (casier judiciaire, acte de naissance, certificat de nationalité et copies certifiées des diplômes). Ce n’est pas tout. Le candidat doit accepter de servir dans les régions administratives du Mali.

Selon les conditions du travail, l’éligibilité et l’admission au programme de volontariat dans les services publics ne donnent aucun droit acquis. Une fois son service accompli, le jeune volontaire doit quitter la structure d’accueil pour laisser la place à un autre. Il est également tenu de rédiger un rapport de fin de service. La durée du volontariat dans les services publics est d’une année non renouvelable. Enfin, à l’issue du stage, la structure d’accueil délivrera une attestation précisant la période et la catégorie professionnelle correspondant à l’emploi tenu au cours du stage.

Alassane Diarra – 1er Mars 2005