Partager

Le candidat Ibrahim Boubacar Keita (IBK) propose aux Maliennes et Maliens un programme de société innovant qui répond largement aux attentes. Un plan dont les piliers fondamentaux sont la paix, la tolérance, l’ouverture, l’acceptation de l’autre.

Le candidat de la coalition «le Mali d’abord», IBK, propose aux Maliens un programme de société axé sur la réconciliation nationale et la restauration d’un État fort.

En effet, vue que le Mali est durement consterné et vue la sublimation de l’autorité, IBK veut le meilleur pour sa patrie. C’est pour cette raison qu’il atteste, lorsqu’il sera élu le chef de l’état, qu’il servira le Mali, « rien que le Mali ». « Je me présente, aujourd’hui, devant vous, Peuple du Mali, nourri par l’expérience du passé, armé d’une volonté inébranlable, pour apporter ma contribution à la reconstruction de notre pays, le Mali, notre mère-patrie, qu’il nous faut sauver et redresser afin qu’elle soit, à nouveau, une source de lumière pour l’Afrique », a-t-il martelé, le dimanche 7 juillet au stade du 26 mars devant 50000 âmes.

La réconciliation nationale, une priorité

C’est partant de cette expérience qu’il évoque, dans son programme de société, la réconciliation nationale. Un aspect sur lequel il met un accent particulier et promet de s’y atteler ardemment : « Je veux recoudre le tissu national, abîmé, déchiré par des mois de crise.

Pour réussir, j’appellerai à un vaste dialogue national. C’est une urgence absolue. Je convoquerai les Assises nationales du Nord avant la fin 2013 ». Pour cela, IBK s’engage à créer des zones spéciales de développement économique dans les régions du Nord du Mali. Lesquelles régions pourront ainsi bénéficier de tous les investissements nécessaires à un rattrapage du retard accumulé depuis des décennies, selon IBK.

Concernant la sécurité, IBK s’engage, « pour l’honneur du Mali, je rétablirai la sécurité sur l’ensemble de notre territoire. Je serai le garant de la sécurité de tous les Maliens. Mais aussi des étrangers qui vivent sur notre territoire, et dont l’appui nous est décisif. Pour moi, la sécurité n’a pas de prix ». Et pour garantir cette sécurité, il promet au peuple du Mali de reconstituer une capacité de défense et de surveillance du territoire.

Et il jure que : « Désormais, aucun groupe terroriste ou criminel ne franchira la frontière du Mali sans trouver devant lui les forces armées nationales en position de combat ». IBK prévoit de faire voter et appliquer de manière très radicale une loi d’orientation et de programmation militaire. Laquelle loi devra prévoir pour les 10 ans à venir les besoins indispensables pour remettre à niveau l’appareil de défense du Mali, et lui permettre de faire face aux nouveaux défis.

La conséquence, selon lui, sera une hausse très importante des moyens donnés au budget de la défense. Il s’agira de rendre l’armée plus compétitive en la dotant des capacités opérationnelles conformes pour l’accomplissement de sa mission de défense de l’intégrité territoriale. Pour parfaire le tout, il compte sur l’appui des partenaires étrangers, notamment de l’Union européenne. Sans pour autant oublier d’ajouter que le Mali doit aussi assumer sa part.

Un État herculéen et une économie saine

Le modèle de l’Etat malien développé par IBK, dans son programme de société, mériterait que les experts s’y penchent, tant il est ambitieux et alléchant à la fois. Le président du RPM s’est inscrit dans la tradition socialiste en estimant que «Il nous faut un Etat stratège, fort, qui met en place les conditions du décollage économique du Mali à travers l’émergence d’un secteur privé solide et responsable ».

Et d’ajouter que l’exigence cardinale est de responsabiliser l’Etat et de le rendre protecteur. « Il nous faut un Etat qui garanti à chaque citoyen un égal accès aux soins, à l’éducation, et à l’ensemble des services publics, sur tout le territoire. Mais pour garantir l’efficacité de l’Etat, nous devons ouvrir les administrations publiques à de nouveaux modèles de gestion en vue d’améliorer leurs performances et de réconcilier les Maliens avec leurs institutions ».

Pour ce faire, IBK propose la mise en place d’une Agence du Management Public qui aura pour mission la prestation de services aux départements ministériels, en matière de diagnostic organisationnel, de ré-engineering des processus, de promotion de la qualité et de gestion des ressources humaines.
D’ici le verdict des urnes, ce que l’on sait du programme de société d’IBK, c’est qu’il veut mettre l’expérience du passé en application pour sauver le Mali.

Rokia DIABATE

07 Août 2013