Partager


Dans le cadre du renforcement des capacités des collectivités locales en infrastructures scolaires et autres, le programme d’Appui aux Commune (PAC), après les régions de Kayes, Koulikoro, Mopti et Ségou, a tenu un atelier de validation appelé rencontre inter-villageoise. C’était hier à la Maison des Jeunes.

L’ouverture de cet atelier était présidée par le représentant du Haut Conseil des Collectivités, M. Hamadi Hama Diallo en présence de celui de l’ONG eau-vive.

Les activités du PAC

Le programme d’Appui aux communes, initié et exécuté par l’Association Eau-vive, en partenariat avec le Haut Conseil des collectivités, est en fait appuyé par l’Union Européenne dans le cadre du renforcement des capacités locales afin d’améliorer les conditions de vie des populations des régions citées.

Ces actions en milieu rural du PAC se composent de plusieurs volets, à savoir la construction de salles de classes, de bureaux, magasins, logements, la réalisation de forages, ainsi que l’action de sensibilisation à l’hygiène et l’assainissement, la formation sur les maladies liées à l’eau, sur la pollution et la formation des Associations de parents d’élèves sur la gestion scolaire.


Les impacts du PAC

De ce fait, la rencontre appelée “rencontre Inter-Villageoise” est la suite des activités effectuées depuis 3 ans et demi sur terrain.

Dans son mot d’ouverture, M. Hamadi Hama Diallo, 2ème questeur du Haut Conseil des collectivités a rappelé que l’un des impacts majeurs de ce programme est l’accès à l’éducation pour les enfants, l’accès à l’eau potable pour les enfants, l’accès à la santé et à l’hygiène, l’acquisition de logements pour les enseignants, surtout le taux élevé de l’implication des femmes dans les structures de gestion, au sein desquelles elles sont aujourd’hui actrices directes de bon nombre d’activités de la vie villageoise.

Une telle évolution va en droite ligne avec la politique de décentralisation engagée dans le pays.


Ousmane BERTHE (Stagiaire)

23 Juillet 2008