Partager

La salle polyvalente de l’École nationale de la Police a abrité, le mercredi 29 septembre 2021, la clôture de l’atelier de professionnalisation des instructeurs des forces de sécurité du Mali. Elle était présidée par le Directeur Général de la Police nationale, Soulaimane Traoré, représentant le ministre de la sécurité et de la protection civile, en compagnie de son excellence l’Ambassadeur des États Unis au Mali, Denis B. Hankins, le Directeur pays de l’ONG Strategic Capacity Group (SCG), Oumar Konipo. Pour cette formation qui a débuté en janvier 2020 mais reporté à deux reprises pour raison de la pandémie du COVID-19 qui sévit le monde entier pendant des années, 41 éléments des forces de sécurité de la gendarmerie, de la Police nationale, de la garde nationale et de la protection civile, dont 3 femmes, ont pris part.

Ce programme de formation destiné à la professionnalisation des instructeurs des forces de sécurité malienne, a indiqué Oumar Konipo, a été développé sur la base des besoins exprimés par les institutions de formation des forces de sécurité au Mali avec le soutien technique du projet des académies d’excellence du Mali financé par le bureau international des stupéfiants et de l’application de la loi du département d’État des États Unis (INL) mis en œuvre et exécuté par stratégique capacity Group. C’est à la suite de l’exercice d’évaluation des institutions de formation des forces de sécurité conduit en phase du projet des académies d’excellence résultants sur des orientations techniques formulées par des institutions de formation, rappelle le Directeur pays de l’ONG Strategic Capacity Group, le SCG a développé ce programme de huit cours de professionnalisation des instructeurs en étroite tandem avec les responsables des écoles de formation. L’objectif pédagogique de ce programme, ajoute Oumar Konipo, est d’améliorer l’expertise des instructeurs maliens aux principes d’apprentissage modernes et universels pour garantir un transfert de compétence et de connaissance au bénéfice des nouvelles recrues, répondant aux défis sécuritaires, aux exigences tactiques et opérationnelles et aux besoins des citoyens. Le programme a été de ce fait articulé en 8 séries qui sont : promotion des meilleures pratiques en matière d’apprentissage des adultes ; promotion des techniques novatrices et stratégiques d’enseignement ; technique de facilitation ; l’élaboration des objectifs d’apprentissage; normalisation du contenu d’apprentissage ; élaboration d’une formation axée sur les scénarios ; pilier de l’excellence pédagogique. Cette certification de 41 instructeurs, ajoute Oumar Konipo, s’inscrit dans une stratégie programmatique globale visant le renforcement institutionnel des systèmes de formation. Selon lui, des travaux en partenariat avec les directions des écoles des 4 forces de sécurité sont déjà en cours pour développer un socle de formation permettant de relier la salle de classe avec le terrain, et un système de gestion des contenus d’apprentissage pour assurer leur mise à jour, leur pertinence et leur adéquation avec les besoins pédagogiques en permanente évolution eu égard au contexte sécuritaire.

Le Directeur général de la police nationale s’est grandement réjoui de cette idée d’académie d’excellence qui constitue en plus du renforcement du potentiel humain des forces armées maliennes à cultiver davantage l’esprit d’équipe de collaboration entre les forces depuis son stade de la formation et sans lequel esprit aucun soit retenus comme co-facilitateur dans la 2ème session de professionnalisation. «Les réponses intégrées à adopter à ces problématiques sécuritaires, au-delà des renforcements des capacités opérationnelles et du maillage territorial en cours de la part du département de tutelle, requiert aujourd’hui des ressources humaines bien formées et suffisamment préparées à relever le défi», a déclaré Soulaimane Traoré.

Son excellence Denis B. Hankins, a fait savoir que les États-Unis sont contents d’aider les forces de sécurité du Mali à créer une base commune de formation, de créer les stratégies. Il ne s’agit nullement pour les États-Unis de remplacer les Maliens, souligne Hankins, mais de les aider pour leur permettre d’assurer leur propre sécurité. Le soutien de la communauté internationale ne fera pas défaut pour lutter contre le terrorisme et l’extrémisme. Car, dit Hankins, plus que vous êtes bien formés, plus qu’on peut faire à l’extrémisme.

Le porte-parole des stagiaires, le commissaire de police, Aye Dramé, a promis qu’ils feront tout pour transmettre les notions acquis à d’autres camarades pour plus professionnalisme au sein des forces de sécurité.

Il a été rappelé qu’une seconde édition de professionnalisation des instructeurs des forces de sécurité malienne sera organisée en novembre prochain. Cela pour permettre le processus d’appropriation nationale, l’enracinement de ce curriculum dans les programmes d’étude nationaux et la démultiplication des enseignements acquis, et sera animée par les instructeurs certifiés de la première édition avec l’appui technique et l’accompagnement permanent des experts SCG.

Hadama B. Fofana

Source: Le Républicain