Partager

Le Dabanani et le marché rose ne suffisent plus à certaines personnes pour écouler leurs pacotilles. De plus en plus, les honnêtes citoyens sont abordés en pleine circulation par des jeunes gens en Djakarta qui leur proposent des bazins riches. Leurs lieux de prédilection sont les feux tricolores surtout lorsqu’ils virent au rouge.

Cela leur donne le temps de discuter. A défaut, ils vous poursuivent, si vous êtes à moto ou même en voiture. Ils ciblent leurs clients (pardon, leurs victimes). Ainsi, les personnes tirées à quatre épingles, surtout habillées en boubou brodé constituent des proies faciles. En fait, en matière de bazin riche, ils vous proposent des tissus de seconde main. Ce sont de vrais escrocs et pour les éviter il ne faut même pas répondre à leurs questions. Le mieux étant de leur jeter un regard plein de mépris.

Une autre catégorie de vendeurs ambulants, plus ou moins honnêtes ceux-là, est constituée de jeunes qui écoulent leurs produits tout le long de l’artère qui va du rond-point de la Colombe sur la route de Djicoroni-Para au rond-point de l’éléphant à Hamdallaye. Malgré les coups de klaxon, ils sont plantés en pleine chaussée, font le slalom entre les voitures au risque de provoquer des accidents.

Ils poursuivent même les automobilistes quand ceux-ci prennent de la vitesse. Ainsi, ils mettent leur vie et celle des autres en danger. Les agents chargés de la circulation routière sont pourtant plantés comme des arbres à quelques mètres seulement de ce spectacle effrayant.

Mamadou L. Doumbia

29 Février 2008.