Partager


La situation alimentaire reste préoccupante pour le citoyen moyen. Après les céréales sèches, le secteur viande connait une hausse des prix.

Le panier de la ménagère souffre des hausses brusques et incontrôlées de prix des produits alimentaires de première nécessité. En effet le kilogramme de viande est passé de 1 500 francs CFA à 1 600FCFA, dans plusieurs quartiers du District.


Les raisons évoquées

Aux dires de certains bouchers de la place, cette situation, loin d’être nouvelle, tire sa source du marché de bétail qui fournit peu en ce moment. Certains soutiennent l’idée d’une exportation abusive du bétail, qui serait aussi un facteur exacerbant la hausse.

Quant aux éleveurs et commerçants, ils soutiennent que la hausse du prix du bétail est relative au manque et à la cherté de l’aliment de bétail. La pénurie des céréales sèches a entraîné, celle du son et autre aliment de bétail. A cela s’ajoutent les effets de la saison caractérisée par un effet climatique de plus en plus insoutenable.


Des problèmes au niveau de la commercialisation

Le paradoxe du phénomène se situe au niveau de l’organisation de la chaîne de commercialisation. Comme tous les secteurs commerciaux du pays, la libéralisation du marché est un facteur encourageant les hausses de prix. Le consommateur reste la victime des manoeuvres des commerçants.

D’un jour à l’autre, une rumeur suffit pour augmenter les prix. Le pays manque-t-il de moyen pour fixer le prix de certaines denrées alimentaires? Il urge que les autorités compétentes cherchent une solution à cette situation de plus en plus insupportable.


Ousmane BERTHE (Stagiaire)

24 Mars 2009