Partager


Il n’existe pas de pression fiscale pour l’importation du ciment.

Selon Karim Yattabary, gérant d’une quincaillerie de la place, l’importation du ciment n’est pas soumise aux pressions fiscales pour la simple raison que la matière fait partie des productions agréées de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uémoa).

L’Uémoa a institué une zone de libre-échange, le tarif extérieur commun (Tec) qui a fait un abattement de droit de droit de douane de 100 % sur les produits originaires de l’Union.

Aux dires de notre interlocuteur, les usines de ciment légalement installées comme celles du Togo, de la Côte d’Ivoire, du Sénégal sont exonérées de certains droits de douane.

« Pour l’importation du ciment, il n’y a pas de pression fiscale. On ne paye de droit sur le ciment sauf les redevances statistiques qui sont minimes et la taxe sur la valeur ajoutée », explique M. Yattabary. Et de poursuivre que « pour déterminer le prix du ciment, il faut se référer à son prix de revient à l’usine, les frais de transport et la TVA qu’on paye à la douane ».

Est libre d’importer du ciment, toute personne détentrice d’une licence d’importation et d’un certificat « d’origine » de l’usine.


Mohamed Daou

06 Juin 2008