Partager

Dans son souci permanent de développer la culture du coton bio, Helvetas-Mali a rencontré, le samedi 18 novembre, à Bougouni, les élus des cercles,de Bougouni, Yanfolila et de Kolondiéba. Des élus qui n’ont pas manqué de souligner toute leur détermination à accompagner l’ONG suisse dans son combat.

Une fois installé dans la salle Hadja Deni où les participants s’étaient retrouvés, le président du Mouvement Biologique Malien (MOBIOM) de Bougouni, Moussa Samaké a planté le décor en expliquant les tenants et les aboutissants de la rencontre : « Je suis très heureux de vous accueillir dans notre ville pour la rencontre avec les maires. Une rencontre qui s’inscrit dans le cadre de la vulgarisation de notre cher coton. Une denrée que nous devons tous protéger »

Sékou Diarra de Helvetas-Mali d’exprimer sa gratitude à « tous ceux qui ont fait le déplacement, malgré les multiples tâches qu’ils ont« .

L’union faisant la force, M. Diarra a déclaré que « c’est ensemble que nous pouvons atteindre notre objectif. Nous sommes venus vous associer au travail que nous faisons depuis que notre structure a constaté que les cotonculteurs ne sont pas rémunérés comme il le faut« .

Un objectif qui, à en croire Sékou Diarra, « vise à rehausser les revenus des producteurs qui croulent souvent sous les dettes car ce qu’ils gagnent ne peut pas couvrir toutes les dépenses« . Une solution qui sera trouvée « dans la culture du coton bio et équitable« .

Sidi El’Moctar N’Guiro, directeur du Mouvement biologique malien (MOBIOM) affirme que « le nombre de producteurs du coton bio a augmenté car les paysans ont compris que cette manière de travailler comportait un certain nombre d’avantages : moins de dépenses pour les intrants, équitablement dans la commercialisation et, par ailleurs, prise en compte du genre« .

Loin d’être inquiétés par cette forme de culture relativement nouvelle, les maires des trois cercles, par l’entremise de leur collègue de Sido, Moussa Doumbia, ont exprimé leur détermination à accompagner Helvetas-Mali dans sa politique de vulgarisation de l’or blanc biologique.

Paul Mben

23 novembre 2006.