Partager

Le 2e atelier de validation technique du document du Programme décennal de développement de l’éducation et de la formation professionnelle (Prodec 2) assorti de son projet de Plan d’actions pluriannuel budgétisé (PAPB) 2019-2022, a débuté hier. Les travaux s’étendront sur trois jours. L’ouverture des travaux était présidée par le ministre de l’Éducation nationale, Pr. Abinou Témé.

Cet atelier est organisé par les ministères en charge de l’Education et de la Formation professionnelle, en collaboration avec les partenaires techniques et financiers. Après le premier atelier qui a regroupé les services techniques, les partenaires techniques et financiers, les organisations de la société civile, entre autres, il est revenu aux services déconcentrés et décentralisés de réfléchir sur le document de Programme et son plan d’actions pluriannuel budgétisé (PAPB) du nouveau Programme décennal de développement de l’éducation et de la formation professionnelle (Prodec 2).

Selon Pr. Abinou Témé, cet atelier a pour objectif principal d’examiner et de valider techniquement ce document de PAPB 2019-2022. « Vos observations, suggestions et recommandations pertinentes contribueront à améliorer les documents qui vous sont soumis. J’en suis convaincu, sachant votre degré d’engagement et votre perception aigüe des questions d’éducation et de formation professionnelle de notre pays », a affirmé le ministre de l’Éducation nationale.

Durant trois jours, les participants examineront les projets de programmes, sous-programmes, enrichis par les observations du précédent atelier. Aussi, ils examineront le projet de plan d’actions pluriannuel budgétisé PAPB 2019-2022. Ils vérifieront la cohérence entre le cadre de résultats et le cadre logique entre autres.

Présent à l’ouverture des travaux, le 4e adjoint au maire de la Commune urbaine de Sikasso, Adama Ballo, a salué l’initiative de cet atelier de validation. Pour lui, le but est d’amener un nouvel élément dans la croissance de l’éducation malienne.

« Nous savons très bien que notre pays manque d’ouvriers. Cet atelier permettra de dégager les éléments qu’il faut pour encourager ce secteur en appuyant la formation pour tous. C’est une séance qui permet de faire des réflexions et de proposition de budget aux bailleurs de fonds. Je suis très content de participer à cet atelier de trois jours », s’est-il réjoui.

Zié Mamadou Koné

02 Novembre 2018