Partager

Le ministre délégué chargé de la Décentralisation, Malick Alhousseiny, a présidé jeudi à la Maison du partenariat un atelier de formation des délégués sur les changements de la loi électorale et la surveillance du vote. C’était en présence du directeur exécutif du Centre malien pour le dialogue interpartis et la démocratie (CMDID), Moumouni Soumano, de la représentante de l’ambassade des Pays-Bas au Mali, Mme Tjassing, et des représentants de la classe politique.

La volonté politique ferme de privilégier les voies et principes démocratiques pour sortir de la douloureuse épreuve que le Mali vient de subir représente, selon Moumouni Soumano, un indicateur important que la démocratie est en train de s’enraciner dans la culture politique malienne. Une illustration éloquente de cette volonté figure dans la participation record à l’élection présidentielle. « L’organisation des élections est une tâche difficile qui exige l’implication de tous les acteurs politiques maliens. La réussite de ce processus dépend de la bonne compréhension de ses règles, ses mécanismes et ses procédures », estime le directeur exécutif du CMDID. Quelles sont les règles qui gouvernent les élections ? Comment le scrutin doit-il se dérouler ? Comment voter ? Quels sont les rôles et responsabilités d’un délégué de partis ? Ce sont là autant de questions qui méritent une attention particulière pour la transparence et la crédibilité du scrutin. L’atelier a apporté des réponses à ces questions à travers des échanges sur la loi électorale et une simulation de bureau de vote pour en maitriser les instruments et le mécanisme.

Pour Mme Tjassing, notre pays est en train de sortir d’une crise profonde qui a relevé le besoin de revoir sa gouvernance. C’est pour cette raison que les Pays-Bas ont décidé de l’accompagner lors des élections présidentielles et législatives, afin que celles-ci soient fiables, transparentes et apaisées. Les Pays-Bas ont contribué à hauteur de 1,4milliard Fcfa dans le panier commun du PNUD pour l’organisation des élections en 2013 et appuyé, à travers ce même panier, le CMDID dans sa démarche de former les 150 délégués des partis politiques.

Cette formation, a souligné le ministre délégué Malick Alhousseiny, est pertinente. Elle permet à la fois le renforcement des capacités des acteurs politiques et complète de manière harmonieuse les formations des agents électoraux initiés par le ministère de l’Administration territoriale pour une bonne prise en compte du scrutin dans le bureau de vote. Inscrite dans une logique constante d’amélioration de l’organisation des scrutins, la politique du département en charge des élections fait de la formation un aspect important de la réussite du processus électoral d’où l’intérêt de soutenir les initiatives de la fondation CMDID qui contribue, depuis bientôt 10 ans, à la consolidation du processus démocratique et au renforcement des capacités des partis politiques.

S. DOUMBIA

L’Essor du 20 Novembre 2013