Partager

L’élection des députés à l’Assemblée nationale qui s’est déroulée du 23 au 15 décembre a été supervisée par les observateurs en temps réel. Le Réseau APEM, à travers l’accompagnement technique et financier de ses partenaire que sont : USAID, NDI, One world UK, OIF, OSIWA ; PNUD PAPEM, a joué un rôle prépondérant dans la supervision du processus et a permis d’assurer une plus grande transparence du scrutin.

Le programme d’Appui au processus Démocratique par l’observation citoyenne des élections et le programme d’Appui à la résilience démocratique ont été lancés pour une durée de six mois (juillet –décembre). Ces programmes ont été mis en œuvre à travers des interventions prioritaires qui sont entre autres : l’observation de la phase préélectorale de l’élection présidentielle 2013, la surveillance des opérations de distribution, retrait des cartes NINA ;la formation et le déploiement de 4.200 observatrices et observateurs lors des deux tours de l’élection présidentielle ; la formation de 1.600 observateurs pour les législatives ; le déploiement respectif de 3.300 observateurs lors du 1er et du 2ème tour des législatives soit 7.000 observatrices et observateurs ; le monitoring et le développement des compétences de 30 organes des médias dans le cadre des opération législatives ; la campagne d’éducation des électeurs dans le cadre des législatives de 2013 ; la mise en place du pôle de l’Observation Citoyenne et Electorale (POCE) ; la formation et la mise en place d’une Equipe de veille (EVA) ; la remontée, l’analyse et le traitement des données d’observations par sms ainsi que la publication et la diffusion d’un rapport national d’observation électorale. Le réseau a couvert l’ensemble du territoire national. Pour les responsables du réseau APEM, l’une des plus grandes innovations dans ce scrutin a été l’utilisation des nouvelles technologies de l’information et qui a donné au scrutin un visage crédible. Car, notent-ils, le téléphone portable, l’internet, ont été déterminants dans l’accessibilité des informations par des sms via le POCE .

Les recommandations pertinentes du Réseau APEM

A l’issue de ce scrutin les membres du réseau Apem ont formulé d’énormes recommandations dans le sens de l’amélioration des élections au Mali. A l’endroit de l’Etat, le réseau préconise de garantir la sécurité des citoyens ; d’améliorer la communication autour des étapes du processus ; de communiquer d’avantage sur le processus électoral dans les langues nationales ; de veiller à un traitement judicieux des transferts effectués lors de la révision exceptionnelle du fichier électoral ; de continuer la distribution efficiente des carte NINA, surtout aux populations déplacées et refugiées de retour dans leur zones de résidences ; de mettre en place un dispositif sécuritaire prévenant toute velléité de trouble avant, pendant et après le scrutin.

Quant aux organes de gestion des élections le réseau n’a pas manqué de souligner quelques failles du système et demande une amélioration. Concernant le ministère de l’Administration territoriale, l’accent a été mis sur l’amélioration du cadre organisationnel des élections ; l’implication de toute la chaine de commandement de la collaboration avec le POCE ; l’exigence de plus de professionnalisme dans le décompte des voix et la centralisation des résultats ; l’observation par les agents électoraux des principes de neutralité et d’impartialité ; ainsi que la gestion transparente des cartes NINA non retirées.

Au niveau de la CENI, il a été question d’assurer sa pleine représentation dans tous les bureaux de vote ; de maintenir la collaboration avec les différentes missions d’observations ; tout en incitant ses délégués à formuler des recommandations aux agents électoraux. Pour la DGE, il a été constaté de mettre l’accent sur l’amélioration et le renforcement des équipes d’appui pour l’identification des bureaux de vote. En ce qui concerne la cour constitutionnelle, le réseau demande de diligenter la proclamation des résultats. Quant aux partis politiques, l’APEM recommande, entres autres, de respecter le code de bonne conduite ; d’éviter des proclamations prématurées des résultats ; d’user des voies légales en cas de contestations ; de bannir tout acte de fraude et d’achat de conscience ; d’en appeler les militants et sympathisants pour un scrutin apaisé et pour le respect du verdict des urnes.

Boubacar SIDIBE

Le Prétoire du 3 Février 2014