Partager

D’une toute petite voix, si faible que la juge l’a sermonné, Oscar Pistorius a recommencé lundi à se défendre face au procureur qui affirme que sa version du meurtre accidentel de son amie est un tissu de mensonges. Cette confrontation clé entre l’athlète de 27 ans et le procureur dure maintenant depuis mercredi. Pistorius, qui plaide non coupable, n’a pas le droit de consulter son avocat. Le procureur avait marqué des points la semaine dernière, démontrant comment Pistorius, prisonnier de sa ligne de défense consistant à tout nier en bloc, fuit ses responsabilités, qu’il s’agisse du meurtre, de l’intention homicide ou même des infractions plus mineures versées au dossier. M. Nel a commencé par questionner la raison de la présence par terre du jean de la victime, alors qu’elle était une jeune femme « très ordonnée ». « Sa voiture était en bazar mais sa chambre très bien tenue », a admis Pistorius. Pourquoi alors le jean de la victime traînait-il hors de son sac impeccablement rangé? Et pourquoi les claquettes de Reeva apparaissent sur les photos de la police à l’opposé du côté du lit où elle a dormi ? Pistorius, qui risque la perpétuité,comparaît libre. Depuis plusieurs jours des fans viennent le soutenir, assistant aux débats ou l’attendant devant le tribunal, avec des fleurs, des ballons blancs avec écrit dessus « Oscar » ou « Love ». AFP.