Partager


Eu égard à la gravité des faits à eux reprochés ayant occasionné la perte de plusieurs millions de F CFA à la Société des télécommunications du Mali, on peut dire que la justice, en condamnant les vandales du réseau de la Sotelma à des peines minimales, n’a pas eu la main lourde. Ce qui, de l’avis de nombre d’observateurs, n’est pas de nature à dissuader d’autres déprédateurs de la société tapis dans l’ombre.

Depuis un certain temps, les installations de la Sotelma font l’objet de sabotage de la part d’individus mal intentionnés. Mais le 12 octobre dernier, suite à une dénonciation, deux malfrats et de surcroît bénévoles à la Sotelma ont été appréhendés par la police. Il s’agit de Moussa Magassouba et de Seydou Coulibaly.

Les faits. A la veille de la fête d’Aïd el fitr, ils ont été pris en flagrant délit de vol de câbles téléphoniques de la Sotelma. Arrêtés et interrogés par la police, ils ne se sont pas contentés de reconnaître les faits mais ils ont dénoncé 6 autres agents titulaires de la société comme étant les têtes de ce réseau de vol.

Interpellés, les 6 agents (Abdoulaye Togola, Ali Karambé, Amadou Dègoga, Dianguiné Diawara, Salif Bâh et Idrissa Konaté) sont passés aux aveux. Non seulement ils sont impliqués dans l’opération qui a vu leur arrestation mais ils ont aussi reconnu avoir commis des actes similaires par le passé.

La seule opération de la veille de la fête de Ramadan a coûté à la Sotelma plus de 2 millions de F CFA. Et pour la seule année en cours, le cumul de leurs forfaits à travers différentes opérations a coûté plus de 100 millions de F CFA à l’opérateur historique.

A la lumière des révélations des auteurs du délit (les 2 bénévoles), leurs complices en l’occurrence les 6 agents de la Sotelma et le receleur Abdramane Ballo, l’on s’aperçoit que le système est bien rodé. De jour comme de nuit, ils n’éprouvaient aucune difficulté à repérer les lieux se prêtant à leur forfait.

« Clémence surprenante »

C’est ainsi que mois après mois, année après année, ces ennemis du bien public ont causé d’énormes dégâts à la Sotelma. Au-delà du manque à gagner considérable en termes d’argent, les vols de câbles ont sérieusement terni l’image de la société qui a vu le départ de ses nombreux agents pour d’autres secteurs.

Les faits incriminés sont d’autant plus graves qu’ils sont reprochés à des agents de la Sotelma qui ont tous avoué aussi bien à l’enquête préliminaire qu’à l’instruction définitive, leurs forfaits. Devant la véracité des faits, la justice a enrôlé le dossier avec diligence mais sans avoir la main lourde à l’égard des accusés.

De l’analyse de certains observateurs, les peines prononcées sont loin de constituer une vraie leçon pour les autres prédateurs tapis dans l’ombre.

Dans son verdict, le Tribunal correctionnel de la Commune III, a condamné les 6 agents de la Sotelma impliqués à six mois de prison avec sursis et au paiement de 50 000 F CFA d’amende chacun.

La chance a souri au receleur qui a été relaxé. Les deux bénévoles se sont tirés d’affaire chacun avec 3 mois de prison ferme et 30 000 F CFA d’amende. De nombreux observateurs s’accordent à dire que les autorités judiciaires dans leur « clémence surprenante » ont raté l’occasion de donner le bon exemple pour le respect de l’Etat et de ses biens.


Mohamed Daou

26 novembre 2007.