Partager

Le 15 Août 2008, la Maison de la Presse a abrité le lancement d’un atelier d’information et de sensibilisation à l’intention des journalistes de la Presse écrite et audiovisuelle. Cette cérémonie rentre dans le cadre des activités de renforcement des capacités des médias, initiées par la Maison de la Presse, en collaboration avec l’ambassade du Canada, à travers le Fonds Canadien d’Initiative Locale.

Le thème dudit lancement, qui a trait à la “problématique des conflits“ et à la “lutte contre le terrorisme“ est, de nos jours, tristement inscrit dans la réalité malienne. Aussi explique-t-il la présence, à ce lancement (entre autres), du Gouverneur de la région de Kidal, M. Alhamdou Ag Ilyène, de l’Ambassadrice du Canada, Mme Irène Horèj, des présidents de la Maison de la Presse, de l’UJAO, de l’UR TEL et de l’ASSEP.

D’entrée de jeu, le président de la Maison de la Presse a énuméré les méfaits de la rébellion et du terrorisme, en particulier son impact négatif sur le développement des populations maliennes en général, et celles de la zone du Nord en particulier, surtout le long des frontières entre le Mali, l’Algérie, la Mauritanie et le Niger.

Et M. Makan Koné, de poser une pertinente question : faut-il finalement faire appel aux pays partenaires tels que le Canada ou la France, en vue de trouver des mesures adéquates pour juguler l’insécurité qui perdure dans la zone? Aussi, le président de la Maison de la Presse invite tous les professionnels de la Presse écrite et audoivisuelle à s’investir davantage pour la cause.

Aux dires du Gouverneur de la région de Kidal, il est important que les fléaux qui minent et retardent le développement de ce centre du Sahara Central (la zone de Kidal) soient auscultés en vue d’être jugulés. Aussi a-t-il évoqué la création d’une presse orale à Kidal en vue de mieux sensibiliser les populations de la zone. Car de son point de vue, il faut l’implication des médias pour que les populations maliennes soient réellement informées et imprégnées des réalités qui ont cours dans la zone de Kidal.

Quant à l’ambassadrice du Canada, Mme Irène Horèj -elle est partiquement en fin de mission au Mali, mais tient à sa présence à l’atelier), elle a tenu à féliciter l’implication de la Presse malienne, tout en exhortant ses acteurs à plus d’engagement professionnel, dans le cadre de la sensibilisation et de l’information des populations sur les incidences néfastes des problèmes que vivent les populations de Kidal en particulier : rébellion, conflits, terrorisme…Aussi a-t-elle réassuré une implication plus accrue du Fonds Canadien d’Initiative Locale pour cette cause.

Le prochain atelier (du 18 au 22 Août 2008) se tient à Gao pour des raisons sécuritaires. En fait, le souhait de ses initiateurs est qu’il se tienne à Kidal. Ce qui, à l’heure actuelle, paraît risqué, voire impossible, du fait même de l’insécurité qui règne toujours dans la zone.


Oumar Diawara

18 Août 2008