Partager

Le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a annoncé mardi que la distinction Nansen pour les réfugiés était décernée à soeur Angélique Namaika, qui travaille dans la région isolée du nord-est de la République démocratique du Congo (RDC) auprès de femmes victimes de sévices infligés par des rebelles. Sœur Angélique, avec son Centre pour la réintégration et le développement, a transformé la vie de plus de 2.000 femmes et jeunes filles qui avaient été chassées de chez elles et brutalisées, principalement par l’Armée de résistance du Seigneur (LRA), une organisation au départ basée en Ouganda. Sœur Angélique leur donne la possibilité d’apprendre un métier, de créer une petite entreprise ou de retourner à l’école. Les témoignages de ces femmes montrent les résultats remarquables de son travail. Beaucoup d’entre elles l’appellent affectueusement « mère ». Sœur Angélique a elle-même été déracinée par les violences en 2009, quand elle vivait dans la ville de Dungu. « Sœur Angélique travaille sans relâche pour aider des femmes et des jeunes filles rendues extrêmement vulnérables par le traumatisme, la pauvreté et le déracinement. Les obstacles sont de taille et son œuvre n’en est que plus remarquable; sœur Angélique ne laisse rien se mettre en travers de sa route », a déclaré António Guterres, le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, à propos de la lauréate. En recevra la distinction Nansen pour les réfugiés au cours d?une cérémonie à Genève le 30 septembre. AFP.