Partager

« La banque marocaine aurait mis sur la table une offre de 70 millions d’euros assortis d’un business plan jugé nettement plus intéressant que ceux de ses concurrents UBA, Ecobank, Bank of Africa et la Société générale», précise-t-il.

Attijariwafa Bank est un groupe bancaire et financier marocain. Elle est considérée comme le premier groupe bancaire et financier du Maghreb et le troisième au niveau africain. Elle est née de la fusion de deux banques marocaines en 2003, Wafabank et la Banque commerciale du Maroc (BCM).

La Banque internationale pour le Mali, dirigée par Mamadou Igor Diarra, est une entreprise rentable, selon le dernier conseil d’administration. En effet, ce conseil avait publié que les comptes de l’exercice 2007 se caractérisent par un total bilan record de 178,4 milliards de F CFA et des ressources globales de 158,5 milliards. Un encours des ressources globales de plus de 115 milliards pour les emplois et un résultat d’exploitation net de plus de 5 milliards, sont aussi des éléments d’appréciation d’une croissance des comptes.

La BIM-SA s’est également modernisée en se dotant d’un nouveau système informatique performant. Son réseau bancaire s’est densifié avec 55 points de ventes au Mali. Cette expansion, s’est concrétisée, selon la direction générale de l’établissement, par des parts de marché de près de 15 % des dépôts et crédits, soit une nette contribution de la BIM-SA à la bancarisation du pays.

Pour ce qui concerne les Marocains, le Mali garde un bon souvenir du passage dans notre pays de la Banque marocaine de commerce extérieur (BMCE) qui a été pionnière chez nous. Elle avait permis de redresser la Banque de développement du Mali (BDM), l’une des rares banques de développement à survivre et à conquérir des parts de marchés dans la sous-région.

En cédant les 51 % de son capital, c’est une page de l’histoire tumultueuse de la BIM-SA qui se tourne.

Alexis Kalambry

23 juillet 2008