Partager

La Société des télécommunications du Mali (Sotelma) devrait être privatisée d’ici la fin de l’année, selon le schéma suivant : 10 % du capital sera ouvert aux travailleurs ; 19 % au grand public pendant que l’Etat ne détiendra plus que 20 %. Le futur repreneur aura les 51 %.

C’est dans le cadre de cette privatisation qu’une conférence des investisseurs a été organisée à Paris par le consortium Linkstone capital, le cabinet Gide Loyrette Nouel, ICEA et le cabinet Ernst & Young recrutés pour aider l’Etat à la privatisation.

A Paris, il ne s’agissait pas déjà de l’ouverture des enchères, mais d’une conférence de pré-qualification destinée à inciter les investisseurs potentiels à participer au processus ; exposer les objectifs recherchés par l’Etat malien : en privatisant son opérateur historique et surtout pour expliquer aux investisseurs la stratégie adoptée pour cette privatisation et son déroulement.

« Tunisie Télécom », Telecel Globe, Sudatel, Millicom, Vimpelcom, Portugal Telecom, Maroc Telecom, BNP, Paribas et West Africa Investment Group, un géant des télécommunications, basé aux Etats-Unis sont des repreneurs potentiels qui se sont signalés à Paris.

Alexis Kalambry

07 Juillet 2008