Partager

Aujourd’hui, dans les milieux officiels, la question de la privatisaton de la Compagnie Malienne pour le Développement Textile (CMDT) fait rage autant qu’elle divise les paysans et les pouvoirs publics, ces derniers et les députés… Après donc l’interpellation du ministre de l’Agriculture, M. Tiémoko Sangaré, par l’honorable Kalifa Doumbia de la Commune VI, sur la question, c’est au tour du bouillant député de Sikasso, Housseyni Amion Guindo, de vouloir à tout prix inviter aux débats le ministre et principal artisan de la privatisation de la CMDT.

Dans cette optique, cette interpellation ne serait que le dernier recours. Et aux yeux de l’honorable Housseyni Guindo, elle arrange plus les ministres que les députés. Sans pour autant marquer son opposition à la privatisation de la CMDT, Housseyni “Poulo“ veut que l’échéance de 2008 soit tout simplement reportée. Aussi se déclare-t-il plutôt prêt à tenir tête au ministre des Finances sur n’importe quelle tribune, pour lui signifier que pour le moment, personne n’a la légitimité avec elle, pour privatiser la CMDT.

Seul le peuple malien peut décider de la privatisation de la seule compagnie qui fait vivre plusieurs millions de Maliens. Or, je vous dis, en toute sincérité, que le peuple malien n’en veut pas aujourd’hui, tel que le ministre Abou- Bakar Traoré est en train de le forcer aujourd’hui. On n’a qu’à organiser un référendum tout de suite. Et je puis vous assurer que le non l’emporterait largement, pour ne pas dire à 100% “, s’insurge l’honorable Housseyni Amion Guindo.

Selon lui, autant le ministre de l’Agriculture, M. Tiémoko Sangaré, défend quelque chose dont il n’est pas lui-même convaincu du bien fondé, autant le ministre des Finances, M. Abou-Bakar Traoré, qui chante sur tous les toits qu’ils vont privatiser la CMDT, ne connaît pas les limites de ses compétences.

Cela est d’autant plus fondé que l’honorable Guindo pense que c’est le peuple souverain, représenté par l’Assemblée nationale, qui décidera. Et à l’allure où Abou-Bakar tient coûte que coûte à la chose, l’élu de Sikasso trouve… qu’il va plus vite que l’Assemblée nationale.

Ce qui est contraire aux règles républicaines”, estime Poulo qui ajoute : “Abou-Bakar doit être poursuivi et jugé,si jamais il venait à poser des actes dans le cadre de la privatisation de la CMDT avant le vote de représentation nationale“.

Cette démarche de l’honorable Housseyni A. Guindo, du reste président de la Convergence pour le Développement du Mali (CODEM) -un parti qui se réclame de la mouvance présidentielle- n’entrave-t-elle pas les actions du Président de la République, Amadou Toumani Touré ? A cette question, Housseyni s’est montré très clair.

Ne pensez surtout pas que je suis foncièrement opposé à la privatisation, non, loin s’en faut ! Je dis plutôt que ce n’est pas le moment le mieux indiqué pour le faire. Aussi, je trouve qu’on impute trop de choses au Président de la République. ATT n’a rien à voir dans tout cela.

Le Président Touré a trouvé ce projet en cours. D’ailleurs, il a eu le mérite de retarder le processus. Nous voulons tout simplement que la privatisation de la CMDT soit remise en 2012, pour que les candidats éventuels se prononcent sur la question, avant d’être élu. Ainsi, ce président aura toute la légitimité avec lui pour le faire, et cela, en accord avec le peuple malien”, soutient-il.

Pour Housseyni Amion Guindo dit Poulo, c’est la seule façon de faire cette privatisation. Et tout le reste n’est que du forcing. L’honorable Guindo pense également qu’il y a un amalgame entretenu autour du dossier CMDT. D’après lui, l’Etat parle de la CMDT comme si elle est une entité à part. “La CMDT, c’est l’Etat qui y a 92, 7% des actions. Or, on parle comme s’il s’agit d’un processus tripartite Etat-CMDT-Banque Mondiale. Je dis non ! La privatisation de la CMDT, c’est l’Etat et la Banque Mondiale”, déclare-t-il.

Pour des raisons qu’il n’a pas voulu évoquer, Housseyni A. Guindo pense que c’est le ministre Abou-Bakar qui est derrière toute cette histoire autour de la CMDT. Il estime aussi que ce dernier est en train de tout mettre en oeuvre pour décourager les paysans. “Ce qui ne saurait continuer”, a-t-il averti. Mais pourquoi Poulo tient-il tant à la CMDT ? Est-ce parce que son frère y est le PDG ?

Ma démarche n’a rien à voir avec mon grand-frère. D’ailleurs, pourquoi chercherai-je à le défendre ,dans la mesure où personne n’a rien à lui reprocher? Sa gestion ne souffre d’aucune ambiguïté, comme le preuvent des rapports de vérification du Vérificateur Général ? Abou-Bakar lui-même a envoyé des vérificateurs qui n’ont décélé aucune mauvaise pratique. Il connaît, mieux que quiconque, le contenu des conclusions des rapports de contrôle de ses contrôleurs”, s’est insurgé le frère du PDG de la CMDT.

Et de se justifier : “La question CMDT m’intéresse parce que je suis Malien, mais aussi député d’une localité qui ne vit que par le coton”. Une question cépendant : le ministre des Finances, Abou-Bakar Traoré, accepterait-il le débat contradictoire et public, sur n’importe quelle tribune sollicitée aujourd’hui par l’honorable Housseyni Amion Guindo ?

Adama S. DIALLO

03 Juillet 2008