Partager


Le processus de privatisation de la Banque Internationale pour le Mali (BIM SA) connaîtra son épilogue ce lundi 28 juillet 2008 avec la signature du contrat de cession avec Attijariwafa Bank, l’adjudicataire provisoire. Avant cette cérémonie, le président de la République a eu droit le vendredi dernier à un compte rendu détaillé de l’ensemble du processus de privatisation de cette banque.

Le chef du gouvernement, Modibo Sidibé, a tenu à faire une restitution du processus de privatisation de la Banque Internationale pour le Mali (BIM) au président de la République, Amadou Toumani Touré.

Ceci avant la signature du contrat de cession de 51 % des actions de la banque appartenant à l’Etat. C’est dans le salon du Mali à Koulouba que le président ATT a reçu le PM accompagné du ministre des finances, Abou Bakar Traoré et de celui de l’Elevage et de pêche, Mme Diallo Madeleine Ba représentant son homologue de l’Economie, de l’Industrie et du commerce.

Le chef du gouvernement a salué les efforts de l’ensemble des acteurs qui ont conduit le processus de privatisation jusqu’à terme. Il a aussi affirmé que le désengagement de l’Etat vise non seulement à marquer le professionnalisme et la transparence, mais également à sauvegarder les Intérêts des travailleurs. Il s’agit aussi pour l’Etat de développer le secteur bancaire en se désengageant au profit du secteur privé malien et de celui de la sous région.

Le ministre des finances, Abou Bakar Traoré, a relaté dans les moindres détails tout le processus de privatisation jusqu’au choix de l’adjudicataire provisoire au chef de l’Etat.

Conformément à sa politique de désengagement du capital des banques commerciales, l’Etat a opté pour la privatisation de la BIM sa à travers la cession de ses parts qui s’élèvent à 61,5%. Il décida de vendre les 51 % à un partenaire bancaire de référence sur la base d’un appel d’offres international, et 10,5 % à des investisseurs nationaux.

Le processus de cession des 51 % du capital a été géré par un comité technique qui est présidé par le ministre des finances et composé par les représentants des ministères de la justice, de l’économie, du président de la BIM sa, du trésor, de la BCEAO et du PDSF. L’appel d’offres international a été publié le 21 avril 2008.

Conformément aux critères d’éligibilités du règlement d’appel d’offres et, suite aux informations complémentaires fournies par les candidats, le comité technique, lors de sa réunion du 20 mai 2008, a déclaré éligible les 5 candidats soumissionnaires que sont la Bank Of Africa-Bénin, la Société générale, Ecobank, Attijariwafa Bank du Maroc, et United Bank for Africa (UBA).

Le 21 juillet 2008, le comité technique a procédé à l’analyse et au classement des offres. Ainsi, Attijariwafa Bank se retrouve à la première place avec une proposition de 60 millions d’euros, soit 39 357 420 000 F CFA, suivi de UBA avec 41 millions d’euros, soit 27 003 781 819 FCFA et Ecobank est 3ème avec 26,6 millions d’euros, soit 17 467 499 996 FCFA.

Il faut noter que le comité technique a exigé que les offres se fassent en euros. Sur cette base, Attijariwafa Bank a été déclarée adjudicataire provisoire de la BIM sa.
Elle signera ce matin avec l’Etat un contrat de cession qui stipule un certain nombre d’engagements.

Il s’agit entre autres pour Attijariwafa Bank de respecter l’identité de la BIM sa, accroître sa capacité financière et mettre en valeur ses spécificités en tant que banque de détail malienne ; de conserver le nombre actuel d’agences principales et auxiliaires tout en préservant la couverture géographique actuelle du territoire par le réseau de la BIM sa ; de maintenir les droits acquis par les salariés et aussi le personnel de la BIM SA inscrit à la date de signature du contrat de cession ; de participer au financement de projets commerciaux contribuant au développement de l’économie malienne.

La promotion du secteur financier est un engagement du président de la République qui a exprimé toute sa satisfaction à l’issue de la restitution.
Amadou Toumani Touré a indiqué que le résultat présenté par le ministre des finances n’a jamais été égalé au Mali en matière de privatisation.

Le montant de l’adjudication provisoire (39,3 milliards de FCFA) représente un niveau record dans l’histoire des privatisations et / ou des cessions d’actif. On peut citer Huicoma, cédée à 9 milliards FCFA ; le BMCD à 4,5 milliards de FCFA, la licence Ikatel à 30 milliards FCFA. Pour la réussite du processus, le chef de l’Etat n’a pas manqué de féliciter le PDG de la BIM qui a pris la banque à un moment difficile et qui a pu la propulser au niveau des banques les plus performantes du pays.

ATT a expliqué que le retrait total ou partiel de l’Etat dans les sociétés commerciales se fait toujours dans l’intérêt du pays et des populations. « Lorsque l’Etat cède, il cède aux privés et essentiellement aux Maliens… », a précisé le chef de l’Etat qui a par ailleurs rassuré le PDG et le personnel de la BIM sa que les intérêts du pays seront préservés et sauvegardés.


I. Maïga

28 Juillet 2008