Partager

Une peine de huit ans de réclusion a été requise vendredi devant la cour d’assises de l’Yonne à l’encontre d’un professeur de lettres, accusé d’avoir commandité l’agression à l’acide en 2010 du proviseur du lycée français de Lagos (Nigeria).« Ce procès complexe nous plonge dans la vie de ce lycée français à Lagos, dans ce huis-clos suffocant », a déclaré l’avocat général, Grégory Leroy, pour planter le décor de cette affaire dans laquelle l’accusé, Slimane Salhi, 41 ans, qui enseignait au lycée, nie les faits. Le 19 novembre 2010, vers 16H45, un inconnu s’était présenté au lycée français Louis-Pasteur de Lagos. Il avait jeté alors un verre d’acide au visage du proviseur de l’établissement, avant de prendre la fuite. Brûlée sur la moitié du visage, la victime, Pascal Meyer rapatriée en France pour y subir des soins, a perdu l’usage d’un œil après cette agression. « En 2009, à l’arrivée de M. Meyer à la tête de l’établissement, un homme intègre, droit, honnête, M. Salhi, qui est fourbe, sournois et déloyal, sent que le vent va tourner. Deux mois après, il est convoqué pour mettre fin à ses activités commerciales dans le lycée et à ses prêts d’argent », a ajouté M. Leroy, estimant que l’accusé avait alors « perdu la face et perdu de l’argent ». « Cela remet en cause sa position sociale, il y a une perte de revenus mais aussi une perte de considération et cela le ronge comme de l’acide », a insisté l’avocat général avant de requérir la peine.Le procès se poursuit vendredi après-midi avec la plaidoirie de l’avocat de la défense, Me Franck Berton, qui dénonce un « dossier vide ». AFP.