Partager

On en parle : Infidélité, une vendeuse et son amant surpris en pleins ébats

Les Ouahigouyalais, du moins ceux qui ont entendu cette histoire, n’en croient toujours pas leurs oreilles. Même T.S, le mari de K.B, qui a été témoin oculaire de la scène, a du mal à réaliser ce qui est arrivé. Et pourtant, les faits sont là, têtus, et se sont déroulés dans la nuit du mercredi 27 juillet 2011 dans un quartier périphérique de Ouahigouya. K.B et son amant, N.H , ont été surpris en plein air et en pleine activité sexuelle. Cette nuit du 27 juillet 2011, T.S, le mari, ne l’oubliera pas de sitôt et ce, pour plusieurs raisons.

Primo, c’est cette nuit-là que sa seconde épouse choisit de le tromper. Secundo, l’acte condamnable a commencé sous les yeux d’un de ses fils. Tertio, il a vu lui-même sa femme, qui serait enceinte, dans les bras d’un homme.

La nuit des faits, l’homme en question, N.H. présenté comme fidèle client, vient trouver la femme à son lieu de travail à 22 h passées. Il prend place à côté de cette dernière qui, elle- même, avait à ses côtés un enfant de sa coépouse.

Très gêné par le « collé-serré » entre sa marâtre et ce client’’ spécial’’, l’enfant, un élève de 5e, décida de s’en aller. Mais, en réalité, c’était pour se cacher afin de bien voir ce qui pourrait se passer par la suite. A peine l’enfant s’est-il éloigné que sa marâtre et son client diminuèrent l’éclairage de la lampe-tempête en la couvrant avec une assiette. Puis, ils passèrent à l’acte. L’enfant sortit de sa cachette et courut alerter son père qui dormait.

Ce dernier accourut pour constater de lui-même des cornes qu’on venait de lui faire porter. Surpris, le cocu et la femme infidèle prirent la poudre d’escampette. Le mari cocufié alerta le voisinage pour venir constater l’infidélité de sa femme.

Ensemble, ils virent 2 bancs accolés qui servirent de couchette. Séance tenante, le cocufié incendia les bancs du « crime ». Quant au cocu, en formation à Ouahigouya, il a quitté la ville. Pour sa part, la femme infidèle a rejoint le domicile de son père en attendant que d’éventuels médiateurs entreprennent des démarches pour sa réintégration dans la famille conjugale.

Le Pays

03 Août 2011.