Partager

Le Projet Initiative Pauvreté et Environnement (IPE Mali) à l’occasion des festivités de la 17è édition de la quinzaine de l’environnement a organisé en partenariat avec l’Universités des Sciences, des Techniques et des Technologies de Bamako (USTTB) le Mardi 14 Juin 2016 à l’hôtel Olympe de Bamako, une conférence débat sur le thème de la prise en compte de l’environnement dans la planification du développement au niveau national et local afin d’élucider les étudiants et les professeurs sur les meilleures techniques à adopter dans le but d’amoindrir les effets du changement climatique.

La coordinatrice du Projet Initiative Pauvreté et Environnement (IPE Mali) Mme Diarra Lala Camara, avait à ses côtés, Mme Niaré Marietou Sylla chargée de missions au ministère de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement Durable et le professeur Ouatenin Diallo, recteur de l’USTTB et plusieurs étudiants et professeurs.
Le Mali et l’Afrique ressentent de plus en plus la nécessité de faire appel à la science et à la technologie pour dynamiser la productivité industrielle et agricole, garantir la sécurité alimentaire, enrayer les maladies, assurer l’alimentation en eau potable et protéger l’environnement. C’est que l’on appelle aspirer au développement durable a fait savoir la coordinatrice Projet Initiative Pauvreté et Environnement (IPE Mali) Mme Diarra Lala Camara. Pour atteindre cet objectif, il est évident que l’accent doit être mis sur la formation et la fourniture d’expertises techniques sur les questions de pauvreté-environnement. Le rôle de l’université, lieu de production de savoir et de savoir-faire et fournisseur d’expertises par excellence devient primordial ajoute-t-elle. Le développement durable passe également par le respect de l’éthique et la prise en compte de la dimension humaine dans tous les projets de formation, de recherche et de développement souligne-t-elle. Mme Niaré Marietou Sylla chargée de missions au ministère de l’Environnement a affirmé que les populations pauvres, en particulier celles des zones rurales dépendent des ressources naturelles jusqu’à hauteur de 90% de leurs besoins, notamment pour l’alimentation, les combustibles, la médecine, le logement, le transport etc. au Mali, l’économie dépend largement de l’environnement qui est un facteur déterminant pour la réussite de la lutte contre la pauvreté et la réalisation du développement durable soutiens-t-elle.

Le choix du projet Initiative pauvreté environnement n’est pas fortuit, elle nous donne l’occasion de réfléchir sur l’engagement des universitaires, chercheurs ainsi que des étudiants en faveur de la lutte contre les actes destructeurs de notre cadre de vie. Elle nous permet également de prendre davantage conscience de l’apport d’une bonne gestion de l’environnement et des ressources naturelles en tant que composante de la lutte contre la pauvreté conseille-t-elle. Des conférencières chevronnées ont décortiqué quatre thèmes à l’intention des professeurs et étudiants, afin qu’ils s’imprègnent des meilleures techniques de la protection de l’écosystème.

Moussa Samba Diallo

Le Républicain du 15 Juin 2016