Partager

Après l’élection du nouveau Président de la République, notre pays a commencé à panser les plaies des victimes de la crise qu’il a connue dans sa partie septentrionale. C’est dans ce cadre qu’un programme vient de voir le jour à la Direction nationale du développement social et de l’économie solidaire.

Il est dénommé Programme d’urgence de prise en charge psychosociale des femmes et des filles victimes du conflit armé et de renforcement des capacités des agents sociaux sur la prise en compte du genre dans l’humanitaire.
Ce programme, piloté par Mohamed Touré, a été lancé le mardi 10 septembre à la Direction nationale du développement social et de l’économie solidaire, sous la présidence du patron des lieux, Alassane Bocoum et en présence du représentant de l’ONU-Femmes, qui assure son financement pour un montant de 65 millions de francs CFA et pour une durée de 10 mois (septembre 2013 à juin 2014).

Il intervient dans les zones affectées par la crise humanitaire. Il s’agit essentiellement de Gao, Ménaka, Bourem, Tombouctou, Diré, Niafunké, Douentza, Mopti, Niono et Ségou.
En présentant son programme, Mohamed Touré a énuméré les produits qu’il offre aux victimes et aux agents de la Direction nationale du développement social et de l’économie solidaire, en matière de renforcement de capacité et de prise en compte du genre. Il s’agit de former 350 agents sociaux sur le genre et les violences basées sur le genre en situation d’urgence pour avoir un répertoire de cadres formés sur le genre en situation d’urgence aux niveaux régional et national et de mettre à la disposition des agents sociaux de terrain des supports et outils de communication.

Ce programme compte aussi déployer des agents sociaux et des psychologues pour l’assistance psychosociale des victimes de la situation humanitaire. Le Coordinateur du Programme compte faire des appuis, accompagnement et soutien psychosocial aux populations dans les zones affectées par le conflit. Dans ce cadre, il réalisera des enquêtes d’évaluation des cas de femmes et filles victimes du conflit et organisera une assistance psychosociale au sein des hôpitaux, des services sociaux, les CSCREF et CSCOM. «Le Programme organisera 300 visites à domicile pour les besoins de prise en charge des cas à domicile, 300 groupes de parole dans les communautés et 500 espaces de sensibilisation dans les communautés des 10 zones ciblées», a-t-il expliqué. Avant d’ajouter qu’il entreprendra des activités de plaidoyer auprès des leaders politiques, communautaires et administratifs pour assister les victimes de la crise.

Il faut rappeler que cette cérémonie de lancement a été couplée avec l’ouverture de l’atelier de formation des cadres du développement social sur la prise en charge psychosociale.

Youssouf Diallo

22 Septembre du 12 Septembre 2013