Partager

Considérant la volonté des plus Hautes Autorités du Mali à sauvegarder les idéaux de paix à travers la signature du Pacte National le 11 avril 1992;

Considérant l’implication des plus Hautes Autorités Algériennes dans la signature des accords notamment le Pacte National et l’Accord d’Alger ;

Considérant que depuis l’organisation de la flamme de la paix le 26 mars 1996, les ex combattants (MFUA et MPMGK) ont déclaré de façon solennelle la dissolution officielle de leurs Mouvements et Fronts armés;

Considérant que Monsieur Ibrahim Ag Bahanga est signataire desdits accords et que c’est dans le cadre de ceux-ci que Monsieur Hassane Ag Fagaga a été intégré dans l’armée malienne;

Considérant la volonté inavouée de Messieurs Ibrahim Bahanga et Hassane Fagaga de nuire à la stabilité du Mali et de la sous-région, et la lassitude des populations à gérer un conflit cyclique sans solutions définitives qui distrait les populations de leurs réels objectifs de développement;

Considérant que l’impunité est une violation grave des droits fondamentaux de l’homme ;

Considérant que les négociations sans lendemain avec des personnes comme Ibrahim Ag Bahanga et de Hassane Ag Fagaga ont toujours montré leurs limites et que le recours à la violence constitue une menace évidente pour la sécurité et la stabilité du Mali et de toute la sous région ;

Les organisations faîtières membres du Forum de la Société Civile de l’Afrique de l’Ouest (FOSCAO -Mali) :

Expriment leurs vives préoccupations face à la reprise de la violence armée dans le Nord du Mali et présentent leurs condoléances les plus attristées aux familles des disparues.

Condamnent vigoureusement : la prise d’otages civiles et militaires ; l’utilisation des mines anti-personnels qui ont fait déjà plusieurs victimes et qui font peser des préjudices importants sur les populations civiles en général, et sur les femmes et les enfants, en particulier ;

Réitèrent leur confiance dans les processus initiés dans le cadre du Pacte National, de l’Accord d’Alger et du Forum de Kidal ainsi que leur disponibilité à œuvrer pour la mobilisation du capital social et le renforcement de la cohésion sociale ;

Invitent l’Etat malien à jouer pleinement son rôle régalien de défense de l’Intégrité territoriale, de l’unité nationale et de la sécurisation des personnes et de leurs biens;

Appellent toutes les populations du Mali en général et celles du Nord en particulier à dénoncer ces actes terroristes utilisés comme moyens d’expression et de revendications; et à mobiliser le capital social et à renforcer la cohésion entre les différentes ethnies toute catégorie confondue.

Remercient tous les partenaires pour leur appui constant et les sollicitent pour soutenir les efforts du Mali pour la préservation de l’intégrité territoriale, la restauration de la paix et de la stabilité, gages de tout développement durable.

Pour les organisations Membres de FOSCAO.

Bamako, le 17 Septembre 2007

La Présidente de FOSCAO-Mali

Docteur Mariam Djibrilla MAIGA

19 septembre 2007.