Partager

« Il y a un temps pour la politique politicienne, un temps pour les ambitions personnelles, pour les intérêts individuels et corporatistes, un temps pour les querelles partisanes. Mais aujourd’hui, aujourd’hui, c’est le temps […] du dépassement et de l’oubli de soi [pour] observer une trêve dans ces guéguerres improbables [et] faire du Mali notre seule priorité [en se focalisant] sur l’essentiel c’est-à-dire notre intégrité territoriale et notre démocratie ».

Ces phrases extraites du discours à la nation de Dioncounda Traoré dimanche soir doivent sonner comme un gong pour réveiller notre conscience patriotique. Etonne-nous encore, Monsieur le président !

Oui, Monsieur le président étonne-nous encore avec au-delà des phrases des actes courageux. Vous venez de montrer aux Maliens et au monde entier que le très vil acte de l’agression que vous avez subi physiquement et moralement constitue la preuve tangible que nous pouvons nous sortir dans la situation dramatique dans laquelle nous nous trouvons depuis de très longs mois.

Oui M. le président, vous avez démontré avec éloquence, élégance et flegme que « le cœur d’un homme d’Etat se trouve dans sa tête » ainsi que l’affirmait Napoléon Bonaparte.

L’état malien doit maintenant prendre des décisions courageuses. Au nombre de toutes celles urgentes, utiles et nécessaires, nous nous suggérons la criminalisation dorénavant avec effet rétroactif de tout acte et parole mettant en jeu l’intégrité du territoire national pour faire passer sous le coup de cette loi les membres du MNLA où qu’ils se trouvent, dans n’importe quel pays, avec n’importe quel statut.

Oui, vous nous étonnerez encore davantage en initiant une telle loi. Le peuple sera avec vous.

Oussouf Diagola

(correspondant à Paris)

31 Juillet 2012