Partager

Le séminaire de hauts responsables au principe de leadership inclusif et partagé, tenu à la Maison des Aînés, le samedi 22 octobre 2016, est une initiative de la Coordination nationale de veille stratégique et citoyenne (Cnvsc) et le Réseau Joko Ni Maaya, dirigé par le Pr. Abdoulaye Niang. L’un des thèmes était : «Mobilisons-nous pour donner un sens à l’interpellation du Mali par le Conseil de sécurité, pour sortir de la crise sociale globale et sécuritaire sous la prééminence-initiative, responsabilité du citoyen».

Les principaux conférenciers, à cette occasion, étaient le Pr. Abdoulaye Niang, co-fondateur du Cnvsc ; le Pr. Abou-BaKar Traoré, ancien ministre de l’Economie et des Finances et des Mines et l’ancien Premier ministre Modibo Sidibé, président du parti Fare An Ka Wuli. Ont également pris part à ce séminaire des responsables d’institutions de la République, des représentants du corps diplomatique accrédité dans notre pays, des partis politiques et la société civile.

Dans son exposé, le Pr. Abdoulaye Niang a rappelé que suivant la Constitution, la situation actuelle du pays interpelle chaque citoyen à se mobiliser pour soutenir le Mali, suivant ses moyens. «À travers ce séminaire, nous venons en aide au président de la République avec nos idées pour sortir notre pays d’une situation qui n’a que trop duré. Nous pensons que chaque couche de la société a son rôle à jouer : la société civile, la classe politique, chacun a un pouvoir de décision et de réaction», estime le Pr. Niang.
Avant de poursuivre : «Nous avons un plan de défense élaboré en document que nous allons remettre au président de la République la semaine prochaine, pour qu’il prenne un décret d’application de la loi 04-051 portant organisation générale de la défense nationale pour une meilleure organisation de l’administration», a conclu le co-fondateur de la Cnvsc.

Le Pr. Abou-Bakar Traoré, ancien ministre des Finances et des Mines, s’est attaqué aux réalités du secteur des mines, quand il gérait ce portefeuille. «L’activité minière a une caractéristique. Par définition, elle se passe là où l’Etat n’a pas entrepris les travaux d’infrastructures importantes. Le gouvernant doit saisir cette extraordinaire opportunité de mettre en place des infrastructures d’accès par la route, pour construire des salles de classe, des centres de santé et d’eau… C’est pourquoi en 2012, le Code minier, en vigueur aujourd’hui, a été voté pour que toute société qui exploitera une mine s’exécute ce projet de société… Parce que les ressource exploitées ne sont pas renouvelables», a expliqué le Pr. Traoré.

Gabriel Tienou

25 Octobre 2016