Partager

manifestation-corps.gifCe matin la primature fut le théâtre de manifestations : le collectif des diplômés handicapés se sont aussi insurgés contre le gouvernement. Ils ont été reçu par le Colonel Sidibé, chef de sécurité et de la défense du premier ministre ; M.Bocoum, conseiller du premier ministre et certains membres du développement social dont son Directeur national. Leur doléance : le retard pris quant à la signature d’une note technique envoyée à Mme Raky Talla, la ministre du travail, de la fonction publique et de la Réforme de l’Etat, chargée des Relations avec les Institutions.

Le comité des PMR a en effet été mis en place pour l’emploi des personnes à mobilités réduites. En 2011, le premier ministre Cissé Mariam Kaïdama Sidibé
s’était engagée à intégrer 70 PMR [ndrlr Personne à mobilité Réduite] dans la fonction publique. Le hic est que la décision est restée un vain mot pendant un bon bout de temps. Fort heureusement elle a en fin été appliquée après quelques années de retard conséquent , selon le porte-parole du collectif, Sidi Mohamed Coulibaly. Ceci à travers une lettre de la primature portant sur l’exécution de ces doléances émises, envoyée au Ministère du travail et de la fonction publique.

En début juillet , le comité a rencontré le premier ministre M. Boubeye S. Maïga émettant d’autres revendications. Elles portaient en effet sur trois points : la réactualisation de cette fameuse liste de futurs fonctionnaires , leur pérennisation dans la fonction publique et l’insertion des PMR non-formées dans le cadre des activités génératrices de revenus. Théoriquement, ces doléances ont été prises en charge en début juillet 2018. Mais son application a finalement été effective ce 05 Octobre 2018.

L’organisation démocratique souhaite vivement que leur requête soit tenue en compte et appliquée pour qu’ils puissent jouir pleinement de leur droit en tant que citoyen malien actif. Sinon une autre démarche administrative sera engagée par voie purement légale. D’une autre part un membre du collectif se dit insatisfait de ces procédures interminables. L’intégration des personnes handicapées, selon lui, reste des promesses en l’air.

Aissata Keita,

Bamako, le 15 Octobre 2018

©AFRIBONE